En ce moment
 
 

Suppression de la licence pour devenir agent de voyage: quelles conséquences pour les consommateurs?

Dès le 1er janvier 2018, il ne faudra plus de licence pour exercer le métier d’agents de voyage en Wallonie. L'Union Européenne a décidé de libéraliser l'accès de nombreuses professions, dont celle d'agent de voyage.

Concrètement, la personne qui souhaite devenir agent de voyage ne devra plus prouver sa compétence professionnelle et ne devra plus constituer de cautionnement bancaire pour garantir ses engagements professionnels. "Vous pourriez devenir agent de voyage si vous êtes passionné de voyage, une passion pour un pays particulier et que vous avez envie de professer", indique Anne-Sophie Snyers, secrétaire générale de l'Union professionnelle des agences de voyage au micro de Céline Praile. 

Pour pallier à la suppression de cette licence, le secteur a instauré un label, le CERTA pour (CERtified Travel Agent). Ce dernier n'est pas obligatoire mais est censé rassurer les consommateurs. Le but étant d'éviter les arnaques et autres dérives. "C'est aux consommateurs de décider s'ils vous font confiance au niveau de la qualité de votre service et de vos connaissances, ou s'ils préfèrent se diriger vers un acteur labellisé", rappelle la secrétaire générale de l'Union professionnelle.


"Il faut être en ordre au niveau légal et fédéral"

Certaines réglementations resteront de vigueur afin de garantir un service de qualité aux consommateurs. La loi fédérale reste d'application. Elle impose d'avoir une assurance en responsabilité civile professionnelle et une couverture en cas d'insolvabilité. "Cela veut dire que si par exemple pendant que des voyageurs sont partis, la compagnie aérienne fait faillite. L'assurance fait que le voyage pourra être mené à son terme. S'il y a une faillite avant le voyage, il sera remboursé", explique Michel Van Lieshout. 

La loi fédérale reste d'application. Elle impose d'avoir une assurance en responsabilité civile professionnelle et une couverture en cas d'insolvabilité. "Cela veut dire que si par exemple pendant que des voyageurs sont partis, la compagnie aérienne fait faillite. L'assurance fait que le voyage pourra être mené à son terme. S'il y a une faillite avant le voyage, il sera remboursé", explique Michel Van Lieshout. 


Pas de changement en région bruxelloise

En Flandre, cette licence n'est plus réglementaire depuis 2014. À l'inverse, en région bruxelloise, la législation ne change pas. Il reste nécessaire d'obtenir une licence pour être agent de voyage. 

En janvier dernier, la Commission européenne avait présenté une série de mesures visant à fluidifier le marché des services au sein de l'Union Européenne. Des réglementations qui encadrent actuellement certaines professions devraient ainsi disparaître, afin de faciliter leur accès. 

Vos commentaires