Un nouveau type de contrôle pour SURVEILLER les passagers des avions: comment cela va-t-il se passer?

La surveillance des données des passagers est opérationnelle en Belgique. Tel est le message qu'a fait passer lundi le ministre de l'Intérieur, Jan Jambon, entouré des dirigeants de la police fédérale, des services de renseignement et des douanes ainsi que du commissaire européen à l'union de la sécurité, Julian King.

Au lendemain des attentats de Paris en 2015, le gouvernement fédéral avait fait de l'aboutissement d'un système PNR (Passenger Name Record) une de ses priorités, malgré les discussions qui s'enlisaient au niveau européen sur ce système.

Ce système Bel IPU est géré par trente personnes qui travaillent au centre de crise du ministère de l’Intérieur. Ces dernières sont les yeux rivés sur leur ordinateur toute la journée et elles analysent les données qui sont transmises par les compagnies aériennes, en tout cas une partie des compagnies pour le moment.


Comment ça marche?

Et ces données sont ainsi comparées avec les banques de données de quatre institutions: la police fédérale, les services de renseignement de l’Etat, les services de renseignement militaire et les douanes. Si quelqu’un est signalé comme recherché, il sera cueilli à sa descente d’avion ou bien juste avant de prendre l’avion.

L’objectif, c’est d’étendre ce service aux autres modes de transport et donc de screener, d’analyser aussi les passagers qui prennent les bus, les bateaux et aussi les trains. La Belgique est pour l’instant le deuxième pays européen après la Hongrie à avoir ce système opérationnel de screening. A ce jour, la transmission de données a commencé pour 28% des passagers aériens en Belgique.

"En ce qui concerne Brussels Airlines, c’est opérationnel depuis le début de cette année. Maintenant, on parle avec 13 autres compagnies Mais l’une après l’autre, elles vont suivre", a indiqué le ministre de l’Intérieur N-VA, Jan jambon, au micro de Chantal Monet.


Et les autres secteurs?

En 2019, l'ensemble des compagnies aériennes devraient être connectées à la banque de données. Des concertations sont en cours pour les autres secteurs. Un projet pilote est annoncé pour l'Eurostar, qui relie la Belgique à la Grande-Bretagne. Un autre devrait être lancé avec la société d'autocar Flixbus.

Les données des passagers arrivent dans la banque de donnée de BelIPU 48 heures avant le départ ainsi qu'au moment du départ et sont analysées soit sur base d'une liste de personnes déjà connues, soit en fonction d'un profilage. En trois mois, 414 "matches" ont pu être réalisés, dans diverses formes de criminalité. Ce lundi matin, une saisie de drogue a ainsi pu avoir lieu.

A noter qu’une directive européenne impose d’organiser une surveillance des données des passagers dans chaque pays de l’Union, avant fin mai.

Vos commentaires