En ce moment
 
 

Effets secondaires et développement rapide du vaccin anti-Covid: ce vaccinologue répond à vos questions (vidéo)

 
CORONAVIRUS
 

Le vaccin est un espoir contre la Covid-19 pour certains. Pour d’autres, c’est plutôt une source d’inquiétude. Les Belges que nous avons rencontrés ne se précipiteront pas pour se faire vacciner. 

"Créer un vaccin en si peu de temps, ça me paraît un peu bizarre", confie une citoyenne. "C'est un peu douteux. Il y a plein d'autres maladies qui sont en attente d'un vaccin, et celui-ci, on le trouve déjà...", déclare un autre Belge. Une inquiétude donc autour de la rapidité de production du vaccin.

Pour le vaccinologue Pierre Smeesters, ce délai accéléré ne remet pourtant pas en cause le respect des précautions sanitaires. "Cela a été fait rapidement, mais avec des critères de qualité habituels. On a inclus énormément de gens dans les études. Le monde entier s'est mobilisé pour le développer", souligne-t-il.

L'essentiel des effets secondaires arrivent rapidement

Cette priorité a permis de débloquer des fonds importants pour accélérer cette recherche, soit plusieurs milliards alloués en plus des fonds propres de l’industrie pharmaceutique. Autre crainte de certains belges: l’apparition potentiel d’effets secondaires à long terme.

Un risque pourtant limité pour le vaccinologue Pierre Smeesters. "Ce qu'on sait après 40 ans d'expérience en vaccinologie, c'est que l'essentiel des effets secondaires arrivent rapidement, dans les 10 jours après l'injection ou dans les 2-3 mois. Et on sait qu'il n'y a pas d'effets secondaires significatifs pour ces nouveaux vaccins."

Le manque de données est aussi pointé du doigt, notamment concernant la technologie vaccinale nouvelle: l'ARN messager. "Cela fait 30 ans qu'on développe des vaccins à base d'ARN Messager. Ils sont utilisés en médecine vétérinaire, et les entreprises qui ont développé ce vaccin ont une expérience non négligeable", conclut le vaccinologue.

L’efficacité de la vaccination inquiète aussi certains Belges, et pourtant elle dépendra du taux de personnes vaccinées et donc de l’adhésion de la population.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce dimanche 13 décembre ?

 




 

Vos commentaires