En ce moment
 
 

Voyages à l'étranger: le Premier ministre plaidera pour une INTERDICTION des déplacements non essentiels

Voyages à l'étranger: le Premier ministre plaidera pour une INTERDICTION des déplacements non essentiels
 
CORONAVIRUS
 

Le Premier ministre Alexander De Croo plaidera pour une interdiction temporaire et ciblée des voyages non essentiels lors du sommet européen prévu ce jeudi. Il l'a confirmé lui-même mercredi soir au cours du journal télévisé de nos confrères néerlandophones de la VRT. "Nous sommes maintenant dans une situation légèrement meilleure, mais la moindre étincelle peut faire remonter les chiffres en flèche. Nous devons éviter cela", a dit M. De Croo.

C'est donc bien une interdiction des voyages non essentiels que le Premier ministre défendra au niveau européen et belge. Ces voyages touristiques sont pour l'instant strictement déconseillés, il s'agirait donc de durcir la règle. La proposition doit encore être avalisée, cependant. 

Le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA) avait indiqué préalablement devant le parlement flamand qu'il était également favorable à une interdiction des voyages non essentiels. La veille, le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke (CD&V) s'était aussi prononcé en faveur de ce point de vue. Selon Jan Jambon, le gouvernement flamand préparera le comité de concertation vendredi matin. "Si le ministre Beke et moi-même partageons cet avis, nous ferons en sorte que le gouvernement adopte cette position", a-t-il dit, en réponse à une question de Hannes Anaf (sp.a).

Le week-end dernier, une telle mesure pour combattre la propagation des variants de la covid-19 en Belgique semblait encore exclue. Mais les chiffres et certains cas récents dans l'actualité semblent avoir changé la donne. L'interdiction des voyages non essentiels est aujourd'hui clairement sur la table.

La définition d'un voyage non essentiel et l'application de la mesure est toutefois loin d'être une sinécure. Elle implique de s'accorder avec les Régions. Les autorités veulent aussi éviter certains effets collatéraux comme, par exemple, le blocage de marchandises dans un pays voisin. Aucune décision n'est encore prise.

Une échéance importante est attendue jeudi: au cours d'un conseil européen, les dirigeants des Etats membres doivent tenter d'accorder leurs violons sur les mesures à prendre pour endiguer la pandémie.

Vendredi, le gouvernement fédéral se réunira à nouveau en comité restreint avant le comité de concertation qui doit se pencher sur le cas des voyages non essentiels mais aussi sur d'autres points, dont celui des perspectives à donner aux secteurs d'activité touchés par les mesures de fermeture. 

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce jeudi 21 janvier ?

 




 

Vos commentaires