En ce moment
 
 

Caméra cachée dans un labo de test pharmaceutiques sur les animaux: des chiens, chats, singes et lapins torturés (vidéo)

Caméra cachée dans un labo de test pharmaceutiques sur les animaux: des chiens, chats, singes et lapins torturés

L'organisation allemande de défense des animaux Soko Tierschutz et l'association britannique Cruelty Free ont dévoilé sur YouTube la vidéo qu'ils ont tournée dans le laboratoire allemand LPT, à Mienenbüttel, près de Hambourg. Des images de cruauté animale qui contreviennent à la législation européenne. Deux sociétés belges de biotechnologie sont clientes de ce laboratoire controversé.

Le film ci-dessous montre notamment un chien effrayé dans une mare de sang à côté d'un canidé pendu à un crochet à viande. Les singes y sont attachés aux bras, aux jambes et à la tête.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.


Deux entreprises belges annoncent qu'elles pourraient arrêter de travailler avec ce laboratoire

L'entreprise de biotechnologie gantoise Argenx a ouvert une enquête après la vidéo. "Nous effectuons des tests sur des animaux afin de tester de potentiels médicaments. Ce n'est pas exceptionnel pour une entreprise de biotechnologie et c'est conforme à la législation européenne", a assuré un porte-parole d'Argenx. Toutefois, "ces images sont effrayantes", a-t-il nuancé. L'entreprise gantoise se distancie des actions visibles sur les images: "le bien-être animal doit être primordial". Argenx veut "examiner l'authenticité (des images) et comprendre ce qui s'est passé", a poursuivi le porte-parole "Nous allons clairement notifier à LPT (le laboratoire allemand, NDLR) que nous n'approuvons pas cela." Si les images s'avèrent authentiques, Argenx "prendra des mesures". Si la véracité des images venait à être attestée, le contrat avec ce laboratoire pourrait donc être rompu.

Une entreprise du parc scientifique Zwijnaarde, Ablynx, a également recours aux services du laboratoire situé à Hambourg. La société, qui mène des recherches sur le cancer et a été reprise l'an dernier par le groupe français Sanofi pour près de 4 milliards d'euro, a elle aussi réagi choquée. "Cela entre en totale contradiction avec notre manière de travailler", a déploré une porte-parole de Sanofi. "Nos procédures sont strictes et nos standards internes élevés", a-t-elle assuré. Si le partenaire externe ne s'y conforme pas, le contrat sera immédiatement résilié. "Il est hélas encore nécessaire d'effectuer des tests sur des animaux", a ajouté la porte-parole. "Nous essayons de les restreindre le plus possible grâce à des études in vitro et des modèles informatiques. Nous ne réalisons des tests sur les animaux que lorsque nous n'avons pas d'autre choix. Mais cela doit se faire dans le respect de l'animal."

Vos commentaires