Frédéric confie son chien à une pension pendant ses vacances, il le récupère en si mauvais état qu'il doit le faire euthanasier: qui est responsable?

Pendant ses vacances, Frédéric a confié son chien à un organisme officiel de gardiennage. À son retour, le chien était tellement mal qu'il a fallu l'euthanasier. Mais qui est responsable ? À quoi les services de gardiennage sont-ils tenus ? Et comment s'assurer de leurs compétences ?

Ted était un doberman pure race de 5 ans. Frédéric, son propriétaire, l’a placé pendant 10 jours dans une pension de la région de Charleroi. Lorsqu’il le récupère, le chien a perdu ¼ de son poids et a la peau sur les os. Des examens et une endoscopie sont alors réalisés: ils révèlent que l’estomac de l’animal est brûlé. En cause, un problème de type alimentaire comme l’ingestion d’un détergent. L’état de Ted va empirer encore durant un mois. "Pour calmer ses douleurs, ses vives douleurs, le vétérinaire a fait une injection de morphine et malheureusement son cœur s’est arrêté. Quand j’ai confié mon chien à la pension, il pesait 44 kilos, au moment où il décède, il fait 28 kilos et je n’ai toujours aucune réponse", regrette Frédéric, au micro de nos reporters Benjamin Samyn et Samuel Lerate.


"Mon fils pleure régulièrement et il appelle son chien"

Le contrat que Fred a signé précise qu’en cas de problème, un vétérinaire doit être averti tout comme le propriétaire, ce qui n’a pas été fait. Ensuite, il a dû annoncer la mauvaise nouvelle à ses enfants. "Mon chien dormait avec mes enfants, il dormait dans la même pièce que mes enfants et il manque quelqu’un dans la famille maintenant. Mon fils pleure régulièrement et il appelle son chien", insiste Frédéric.


"Il doit y avoir une intervention de l’organisme ou bien de la compagnie d’assurance"

L’assurance de la pension où a séjourné Ted estime qu’il n’y a pas de faute commise. Lorsqu’un animal est confié à un organisme, un contrat de confiance établit les responsabilités et les obligations de l’institution. "En matière de responsabilité civile, les articles 1382 et suivants montrent que toute personne qui cause un dommage est tenue de réparer ce dommage, explique l’avocat Fabian Lauvaux. Il suffit donc de prouver la faute, le dommage, le lien de causalité et il doit, pour moi, y avoir une intervention de l’organisme ou bien de la compagnie d’assurance".

Aujourd’hui, Frederic souhaite inviter à la prudence les propriétaires de chien lorsqu’ils confient leur animal. Le maître de Ted, souhaite aussi conscientiser les responsables de pensions.

Vos commentaires