En ce moment
 
 

La baleine franche de l'Atlantique nord en déclin DRAMATIQUE: il n'en reste que 366 dans le monde

Cette espèce de baleine est en déclin DRAMATIQUE: il n'en reste que 366 dans le monde
© Belga
 
 

Il reste moins de 366 baleines franches de l'Atlantique nord dans le monde entier. L'espèce décline plus rapidement que ne le pensaient les scientfiques.

On estime qu'il reste aujourd'hui moins de 366 baleines franches de l'Atlantique nord dans le monde entier, selon les données préliminaires publiées dans une nouvelle estimation officielle de la population réalisée par l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (National Oceanic and Atmospheric Administration ou NOAA).

Ce chiffre reflète la taille estimée de la population en janvier 2019. La NOAA révise également son estimation de la population de janvier 2018, qui passe de 412 à 383 individus. Ces nouvelles estimations, probablement plus précises, indiquent que l'espèce décline plus rapidement qu'on ne le pensait auparavant.

Une espèce gravement menacée

"C'est terrible de constater la révision de l'estimation de la population de cette espèce déjà gravement menacée, déclare CT Harry, Chargée de campagne Vie marine au Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). En plus, nous savons aussi que depuis janvier 2019, au moins 11 animaux supplémentaires sont morts et 4 nouveaux cas de blessures graves ont été recensés. Ces animaux incroyables ne meurent pas de causes naturelles ; ils sont tués suite à des collisions avec des navires et suite à des blessures horribles dues à l'enchevêtrement dans les lignes de pêche."

Les recherches sur les populations ont montré que cette espèce ne peut pas supporter de perdre plus de 0,9 animal par an à cause de l'homme. Au cours des cinq dernières années, en termes de morts avérées attribuées aux seules activités humaines, l'espèce a perdu 4,2 baleines par an, dépassant le nombre de morts "autorisées" de plus de trois baleines par an.

Le nombre réel de baleines mortes beaucoup plus élevé

Ces chiffres n'incluent pas les carcasses répertoriées ayant des causes de mortalité inconnues, les baleines dont on sait qu'elles sont gravement blessées et risquent de mourir, ou encore les baleines mortes non recensées. Ce qui signifie que le nombre réel de baleines franches perdues chaque année est probablement beaucoup plus élevé. IFAW adopte une approche globale pour réduire les menaces pesant sur les baleines franches et aider la population à se rétablir.

Depuis 2018, IFAW a défendu les techniques de pêche "sans fil" afin d'éliminer les dangereuses lignes de bouées à la verticale de la colonne d'eau et de réduire considérablement les enchevêtrements. IFAW a élargi les fonctionnalités de Whale Alert, une application mobile de surveillance de la situation, afin d'intégrer les données acoustiques des planeurs océaniques sur la présence des baleines, ce qui permet à un plus grand nombre de marins de voir et d'éviter les baleines, réduisant ainsi les collisions avec les navires.

En outre, l'équipe d'Intervention d'urgence et de sauvetage des mammifères marins d'IFAW a développé sa capacité d'intervention médicale pour administrer les traitements en mer qui permettront d'aider les opérations de désenchevêtrement. "Avec une population d'environ 360 animaux et seulement 94 femelles reproductrices, nous savons que chaque baleine franche de l'Atlantique Nord joue un rôle essentiel dans la reconstitution de cette espèce, explique le Dr. Sarah Sharp, vétérinaire d'IFAW. Les recherches sont formelles, si rien ne change, cette espèce disparaîtra de mon vivant."

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce jeudi 26 novembre ?




 

Vos commentaires