En ce moment
 
 

Orgie clandestine réunissant 25 personnes à Bruxelles: "Je ne vais plus organiser de grandes partouzes", assure l'initiateur

 
 

Une vingtaine de personnes ont été verbalisées pour non-respect des mesures sanitaires à la suite d'une soirée organisée le week-end dernier au premier étage d'un immeuble au centre-ville de Bruxelles, avait indiqué le parquet de Bruxelles. Cette fête sexuelle réunissait 25 individus dont une personnalité politique hongroise. L’eurodéputé hongrois a même été amené à démissionner après que son interpellation par la police a été rendue publique.

David Manzheley, organisateur de la soirée, s'est expliqué sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche. Il estime que s'il a enfreint les restrictions sur les contacts sociaux imposées par le gouvernement, c'est parce qu'elles vont "à l'encontre de la Constitution". "Le gouvernement a décrété des règles anticonstitutionnelles contraires à l'article 187 de la Constitution. Depuis plusieurs mois, des règles sont imposées. J'étais avec mes amis, je ne connaissais pas cet homme politique personnellement (Jozsef Szajer, ndlr)", a-t-il affirmé. 

Cependant, prenant conscience de la gravité de la situation, il a admis qu'il ne recommencerait plus tant que la situation épidémiologique ne sera pas revenue à la normale. "À l'avenir, je ne vais plus organiser de grandes partouzes", a-t-il souligné sur le plateau. 

Je n'ai aucune relation avec le service des renseignements

Jozsef Szajer, 59 ans, élu du Parlement européen, avait tenté de fuir par une gouttière à l'arrivée de la police avant d'être interpellé par une patrouille venue en renfort. Outre le non-respect des mesures liées à la pandémie, il s'est aussi vu reprocher une infraction à la législation sur les stupéfiants. 

En Hongrie, certains politiques avaient assuré que cette soirée était un guet-apens et que le but était de piéger l'eurodéputé. Il n'en est rien selon son organisateur. "Il y a des spéculations sur le service des renseignements qui aurait eu une influence sur ce qui s'est passé vendredi passé. Mais ce n'est pas conforme à la réalité. Je n'ai aucune relation avec le service des renseignements", a affirmé David Manzheley ce 6 décembre. 

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce dimanche 6 décembre ?




 

Vos commentaires