En ce moment
 
 

Petra De Sutter, est la première ministre transgenre en Europe: "Je ne veux pas être jugée sur cet aspect-là"

  • Petra De Sutter, première ministre transgenre, ne veut pas être jugée comme telle

  • Petra De Sutter, est la première ministre transgenre en Europe: "Je ne veux pas être jugée sur cet aspect-là"

 
 
 

Fraîchement élue ministre de la Fonction publique, Petra De Sutter s'est confiée sur le plateau de C'est pas tous les jours dimanche, ce dimanche 4 octobre. La ministre a défendu un "gouvernement très inclusif et très divers". "Il y a un mix d'expériences et de nouveaux talents. Je pense que c'est un message que les 7 partis ont voulu donner", a-t-elle indiqué. 

Après avoir changé de genre en 2004, l'écologiste néerlandophone transgenre, Petra De Sutter, est devenue ainsi la première ministre transgenre en Europe. Dans des journaux du monde entier, sa nomination a été rapportée. Comment réagit-elle face à cela? La ministre répond au micro de Christophe Deborsu. "Je suis contente de voir qu'en Belgique, ce n'était pas une affaire dans les journaux, on n'en parlait pas. Cela montre que dans notre société, nous sommes au stade où ceci n'est pas exceptionnel. Malheureusement dans beaucoup de pays dans le monde, il y a beaucoup de discrimination, d'homophobie et de transphobie. Le débat se passe dans ces pays-là pour l'instant", a-t-elle indiqué. 

Mais pas question pour elle d'être réduite au pan de son histoire personnelle. "D'un côté, je ne veux pas être jugée sur cet aspect-là qui fait partie de mon histoire personnelle et de mon identité. C'est très réducteur. Je veux être jugée sur ce que je vais faire et ce que je dis. Sur ça, on peut discuter. D'un autre côté, je vois que beaucoup de gens me voient comme un exemple dans le combat anti-discriminatoire. Je veux bien jouer ce rôle car il peut aider les gens dans le combat contre la discrimination", a-t-elle indiqué. 

J'aime l'idée d'une Belgique qui travaille de façon efficace

Dans une interview donnée à la télévision flamande, la nouvelle ministre avait assuré que ce gouvernement était la "dernière chance pour la Belgique". "Ce gouvernement est composé de 7 partis, 4 groupes politiques, qui croient qu'il y a encore un avenir pour ce pays et que c'est vraiment notre chance à prendre pour les 5, voire 10 ans à venir pour changer le cap pour ce pays et lui donner un autre avenir. Je pense qu'il y a beaucoup de gens qui sont contents et qui disent croire de nouveau en la politique", a-t-elle indiqué. Avant d'ajouter: "J'aime l'idée d'une Belgique qui travaille de façon efficace. Il y aura une réforme d'Etat". 

Petra De Sutter, habitante de la commune d'Horebeke en Flandre-Orientale, est gynécologue de profession et dirige le département de médecine reproductive de l'université de Gand. Elle a accédé à un poste d'eurodéputée lors des dernières élections. Elle est la première présidente écologiste à diriger la commission du Marché intérieur au Parlement européen. Elle siégeait auparavant au Sénat et au Conseil de l'Europe.

"En collaboration avec l'équipe gouvernementale et avec tous les fonctionnaires, je compte oeuvrer à la modernisation du gouvernement et à sa transition vers le digital", affirme Mme De Sutter. "Je suis fière de devenir ministre de la Fonction publique et des Entreprises publiques. La crise sanitaire du coronavirus prouve que nous avons besoin d'un gouvernement fort pour sauvegarder l'intérêt public", avait-elle indiqué à l'annonce de sa nomination. 




 

Vos commentaires