En ce moment
 
 

Test Samsung Galaxy Z Flip: sa petite taille effacera-t-elle sa fragilité ?

Les tests de Mathieu : le smartphone pliable, fragile gadget ou révolution ?
Les tests de Mathieu

Le Galaxy Z Flip de Samsung est le premier smartphone pliable à être officiellement disponible en Belgique. Un concept nouveau : un carré qui se déplie pour devenir un smartphone « normal ». L’idée est géniale car elle nous permet de glisser facilement cet appareil devenu indispensable dans la poche ou dans un sac. Mais elle s’accompagne d’une inévitable fragilité. Je l’ai testé durant 1 semaine, et voici mon verdict.

Après des années de teasing, ils sont enfin là : les smartphones pliables commencent à apparaître, toujours assez discrètement, dans certains rayons de certaines enseignes belges.

Même s’ils vous font doucement sourire, ils sont l’unique véritable révolution dans le format des smartphones depuis qu’Apple a présenté l'iPhone en 2007.

Les smartphones pliables méritent qu’on y prête un peu d’attention. 2019 fut une année où des prototypes ont été présentés, sans être massivement commercialisés. En février 2020, le Galaxy Z Flip de Samsung est le premier téléphone pliable à se retrouver dans un magasin physique, en l’occurrence les deux Samsung Experience Store de notre pays (où ils étaient sold-out en quelques jours, d’après l’entreprise). Ils seront également commercialisé dans certaines grandes chaines de magasins. 

Je l’ai essayé durant une semaine, et voici mon avis.

 

1.500 euros pour ranger son smartphone dans une poche de chemise

Les smartphones sont devenus énormes, c’est une réalité. Les 3,5 pouces de l’iPhone originel ont presque doublé avec le dernier Samsung Galaxy S20 Ultra (6,9 pouces). Plus rien ne rentre dans une poche sans en dépasser de quelques centimètres, et s’asseoir avec un smartphone dans le pantalon est devenu un sacré challenge. Ceci étant dit, peu de gens parviennent à revenir en arrière une fois qu’ils ont utilisé un grand écran. C’est pratique pour afficher des pages web, des messages, des vidéos, des photos, etc…

Dès lors, depuis quelques années, l’idée de pouvoir plier en deux un smartphone est dans les tiroirs des fabricants les plus audacieux, Samsung et Huawei en tête. Elle s’est matérialisée pour la première fois, en Belgique, dans le Galaxy Z Flip, un petit 'carré' de 7,3 cm sur 8,8 cm. Ainsi replié, il affiche une épaisseur très raisonnable de 1,6 cm.

Un format diablement pratique, et qui a fait l’unanimité autour de moi quand je l’ai sorti durant ma semaine de test. Il rentre dans n’importe quelle poche (avant) de pantalon, ce qui n’était plus arrivé depuis une dizaine d’années. Il rentre aussi dans une poche de chemise, même s’il faudra veiller à ce qu’il n'en glisse pas.

Remarque importante : contrairement au Mate X de Huawei, il n’y a pas de mécanisme d’ouverture ou fermeture. Il y a l’effet mécanique de la charnière savamment étudiée par Samsung pour que le Z Flip se maintienne bien fermé, qui provoque au passage un petit ‘clap’ (les nostalgiques des smartphones à clapet des années 1990 seront ravis de raccrocher de la sorte). Deux très petits ergots en caoutchouc évitent une fermeture trop brutale.

Ce qui rend d’ailleurs son ouverture à une main délicate, risquée au niveau de la manipulation du pouce pour le déplier entièrement et le transformer en grand smartphone (6,7 pouces) au format allongé (rapport 22:9, c’est nettement plus que le traditionnel 16:9, donc).

J’avais des craintes sur la charnière, mais celle-ci inspire largement confiance. Elle ouvre les deux côtés du smartphones de manière uniforme, pour un déploiement harmonieux et solide.

Refermé, le Z Flip arbore deux faces en verre solide, mais très lisses donc très glissantes (attention à ne pas le déposer sur une surface qui n’est pas complètement plane).

On a fait le tour du Z Flip au niveau format, et j’ai pris le temps car c’est la caractéristique (qualité) principale de ce smartphone, qui justifie un prix assez élevé. 1.500€, c’est une belle somme (même si on est loin ces 2.500€ demandés par Huawei pour le Mate Xs). Toute la question est donc : êtes-vous prêt à craquer votre portefeuille pour pouvoir mettre un grand téléphone en poche ?

Une inévitable fragilité

La question mérite d’être posée car ce smartphone pliable vient avec son lot de contraintes. La première est la fragilité inhérente au concept. Samsung a beau parler de verre ultra fin, la dernière couche de l’écran du Z Flip, celle qu’on touche, fait davantage penser à du plastique. Il suffit de le tapoter doucement avec le dos de l'ongle pour se faire une idée. D’ailleurs, en ouvrant mon exemplaire de test qui était passé entre les mains de quelques confrères la semaine précédente, je remarquais déjà un léger coup (voir photo ci-dessus). Pas le genre de griffe qu’on retrouve sur du verre, mais plutôt un petit renfoncement sur une couche de plastique épais. Cette « molesse » est très sensible quand on passe le doigt sur l’écran au niveau de la charnière : on sent le mécanisme en dessous, et ça ne donne pas une grande impression de solidité.

Donc, inévitablement, l’écran « mou » Z Flip va morfler durant sa durée de vie. Et je me demande à quoi ils ressembleront après 6 mois d’usage normal par une personne normale (qui ne fera pas spécialement attention à la manipulation de son smartphone).

Il est indiqué sur l’emballage qu’il faut éviter que de la poussière s’accumule sur l’écran et près de la charnière. En le mettant plusieurs fois dans la poche (vide et propre) de mon pantalon, j’ai vite remarqué quelques grains de poussières un peu partout (voir photo ci-dessus). Je crains également que des crasses ne se coincent au niveau de la charnière quand l’appareil est fermé, ce qui pourrait faire des dégâts à l’ouverture. Des petits soucis d’autant plus gênants que le Z Flip n’est pas du tout étanche, on ne peut donc pas le passer sous l’eau ni le nettoyer avec une éponge humide.

Bref, il y a plusieurs raisons de croire que ce smartphone sera plus vite abîmé qu’un format traditionnel. L’extérieur en verre, heureusement, peut être protégé par la coque en deux parties fournie dans la boîte.


 

Un bon smartphone sous Android 10

A l’intérieur du smartphone, on retrouve une belle fiche technique malgré les contraintes inhérentes au format.

L’écran AMOLED affiche du Full HD+ (donc 2636 x 1080 pixels) et est d’excellente facture, comme toujours chez Samsung.  La puce intégrée est la Snapdragon 855+, donc le haut-de-gamme de 2019. Il y a 8 GB de RAM et 256 GB de stockage.  

Seule la batterie (3.300 mAh) est un peu faiblarde au regard du prix, il faudra se contenter d’une bonne journée d’utilisation, mais certainement pas de deux.

Le Z Flip se contente de deux lentilles à l’arrière, ce qui est devenu rare en 2019, très rare en 2020. La résolution est dans les deux cas de 12 MP, pour le capteur principal et le grand-angle, ce qui est la limite minimale (mais les pixels ne veulent souvent rien dire). Il n’y a donc pas de troisième capteur dédié au zoom. La qualité des photos est très bonne, on est au niveau du haut-de-gamme de 2019. Excellente de jour, très bonne de nuit, la partie photo est équipée du Single Take, une option amusante qui mélange photo et vidéo, avec ou sans effet, pour immortaliser de manière très originale et variée une scène qui vous semble intéressante (pas pour faire un simple portrait, donc).

Notez que l’interface que Samsung a apposée à Android 10 (One UI 2.0), en plus d’être l’une des meilleurs du marché (surtout si on aime utiliser les applications et services propriétaires de Samsung), est équipée d’un Flex Mode pour exploiter le format pliable. C’est limité pour l’instant, mais l’idée est de modifier l’affichage de l’écran que le smartphone est plié à un angle de 90° environ. L’appareil photo affichera la scène sur le dessus et les boutons sur le bas, et cette position est surtout utilise pour apporter une stabilisation digne d’un trépied, idéal dès qu’il fait plus sombre. Les appels vidéos peuvent également exploiter cette séparation des écrans, avec l’image de votre interlocuteur centrée sur le dessus uniquement. Mais de manière générale, ce Flex Mode peut simplement servir pour regarder une vidéo (pas très grande car à la verticale) sur une table :

Petit défaut (inévitable) au niveau du logiciel : la navigation par geste est rendue impossible par la bordure qui encercle l’écran, et qui est d’une épaisseur d’environ 1 mm. Il faut se contenter des boutons virtuels dans le bas de l’écran. Rien de terrible mais depuis 2019, cette option est pratiquement universelle et je l’apprécie particulièrement.

Dernier détail : l’écran externe. Petit mais en couleur et avec une vraie définition, il affiche les notifications et l’heure quand le smartphone est fermé, mais permet également de décrocher. Plus gadget : quelle que soit la position de l’appareil, cet écran externe peut servir d’aperçu (plus ou moins utile) de la scène qui va être immortalisée par une photo ou une vidéo.


 

Conclusions

Le Galaxy Z Flip de Samsung est la version la plus aboutie et la plus pratique d’un smartphone pliable, ça ne fait pratiquement aucun doute. Il permet de glisser à nouveau son téléphone en poche, tout en lui laissant un grand écran, devenu pratiquement indispensable au fil des ans.

A 1.500€, on peut même dire que l’innovation n’est pas si chère que ça. Rappelons que ce smartphone est le fruit de plusieurs années de développement, et que son aîné le Galaxy Fold,  rappelé l’an dernier car pas assez résistant, a du coûter un bras à Samsung.

Si on omet l’absence d’étanchéité et la batterie un peu faiblarde, le Z Flip a tout d’un smartphone haut de gamme.

Son plus grand défaut, même s’il a été en partie corrigé depuis l’an dernier (au niveau de la charnière qui est désormais attachée au niveau des bordures de l’écran), c’est son inévitable fragilité. Le format exige un écran souple et un mécanisme d’ouverture/fermeture. Même si Samsung évoque du ‘verre ultra fin’, on a davantage à faire à du plastique, dont la résistance est moindre.

Ma conclusion est donc la suivante : la compacité retrouvée (7 x 7 cm qui se glisse en poche aisément) justifiera-t-elle, dans votre esprit, la fragilité inhérente au niveau actuel du smartphone pliable, et son prix plus élevé ? A vous de voir !

Quant à la question initiale, à savoir ‘gadget ou révolution ?’, je suis tenté de dire ‘révolution’. Car en cas de succès (et ça semble être le cas), tous les constructeurs vont se pencher sur la question et on risque d’avoir, dans quelques années, des modèles pliables aussi petits que solides. Et là, on se moquera des demi-télévisions qu’on essayait de glisser en poche à l’époque…


 
 
 
 
 
 
 

 

Vos commentaires