En ce moment
 

Une experte balaye les idées reçues sur l'urticaire, une maladie "extrêmement difficile à vivre au quotidien"

Cette maladie peut toucher un Belge sur cinq, et particulièrement en été : l'urticaire. Bernadette Blouard, dermatologue était sur le plateau du RTL info 13h pour évoquer cette problématique de santé avec Olivier Schoonejans.

Beaucoup d'idées reçues circulent concernant l'urticaire. Tout d'abord, comment se manifeste-t-elle ?

Bernadette Blouard : "Ce sont des plaques qui chatouillent, qui viennent partout sur la peau, ça gonfle, puis ça disparait et ça réapparait. Les poussées durent moins de 24 heures, mais ça récidive régulièrement. Ça peut, dans certains cas, être un seul épisode. C'est le cas pour 20% de la population belge qui développera un jour une poussée d'urticaire. Mais cela peut également se développer sous forme chronique. C'est le sujet de la campagne que nous effectuons aujourd'hui, pour attirer les gens qui souffrent d'urticaire depuis des années, qu'ils ne restent pas tout seul dans leur coin, parce que maintenant, nous avons des traitements pour pouvoir les aider. Et ce qui est très important, c'est que la majeure partie des urticaires ne sont pas des allergies, contrairement à ce que les patients pensent."


C'est ce que les gens croient généralement parce que ça arrive et que ça repart ?

Bernadette Blouard : "En effet, 'j'ai mangé des fraises', 'j'ai pris un médicament' : oui ça arrive mais dans le cas de l'urticaire chronique, c'est important de savoir que ça n'a rien à voir avec une allergie. Ca ne sert donc à rien de faire plein de bilans. Il s'agit d'une maladie, d'une cellule du sang qui s'appelle le mastocyte, qui tout à coup, réagit et provoque cette maladie-là, qui évolue par poussées sur des mois et des années."


Donc concrètement, si une personne a des démangeaisons, des plaques rouges, quel est le conseil que vous lui donnez ?

Bernadette Blouard : "Une enquête a été faite sur 1.000 Belges, qui n'avaient jamais souffert d'urticaire et on leur a demandé chez qui ils iraient. Et très logiquement, ils s'orientent vers le médecin traitant, qui est certainement la première bonne ligne. Parfois aussi ils viennent chez le dermatologue, mais dans leur idée, c'est parfois allergique, et donc ils vont chez leur généraliste. Ca permettra alors d'avoir une orientation correcte pour bénéficier du traitement adéquat."


L'urticaire se soigne, on peut vivre avec sans le subir de manière continue.

Bernadette Blouard : "Exactement, et c'est le message que nous voulons faire passer aujourd'hui. Honnêtement, l'urticaire est extrêmement difficile à vivre au quotidien, mais nous avons la possibilité de révolutionner la vie des gens."

Vos commentaires