En ce moment
 
 

Voici le soleil capté avec une résolution INÉDITE: une entreprise liégeoise y a participé (vidéo)

Voici le soleil capté avec une résolution INÉDITE: une entreprise liégeoise y a participé
© RTL INFO et NSO/NSF/AURA
 
 

Un énorme télescope américain au sommet d'une île volcanique du Pacifique a photographié le Soleil avec une résolution inédite, permettant de voir des bulles de plasma de la taille de la France. Un télescope qui doit beaucoup à une entreprise liégeoise de haute technologie.

Le Soleil est une boule de plasma (gaz porté à très haute température), observée depuis des siècles depuis la Terre et des décennies avec des satellites. Mais la résolution des images était limitée: un télescope spatial japonais, Hinotori, avait par exemple une ouverture de 50 cm. Le nouveau télescope solaire Daniel K. Inouye, sur l'île hawaïenne de Maui, a une ouverture de quatre mètres, le plus grand miroir du monde pour un télescope solaire. "Et grâce à ça, on peut prendre des photos de la surface du soleil à très haute résolution, donc on voit des détails de 70 km sur la surface du soleil", explique Xavier Verians, directeur de l'entreprise AMOS, à RTL INFO.

Le soleil mesure près de 1,4 millions de km de diamètre. Les images sont donc d'une précision quasi microscopique. "Ces images ont la plus haute résolution jamais obtenue", dit à l'AFP Thomas Rimmele, le directeur du télescope de 344 millions de dollars, depuis Boulder, où est basé le National Solar Observatory, une institution publique américaine. "On peut désormais voir des structures dont on soupçonnait l'existence, sur la base de modèles informatiques, mais qu'on ne pouvait pas voir car nous n'avions pas assez de résolution", dit cet astronome allemand de bientôt 60 ans, arrivé aux Etats-Unis comme post-doctorant et qui a rejoint le projet il y a 25 ans, avant d'en devenir le directeur.

Le télescope a été construit en partie en Belgique, par une entreprise liégeoise. "On a commencé en 2011, confie Aude Somja, cheffe de projet. Et on a livré la structure à Hawaï en 2017. On a travaillé avec une équipe multidisciplinaire d'ingénieurs, de dessinateurs, d'ouvriers..." Il n'y a que quelques entreprises à travers le monde à pouvoir réaliser cette prouesse technologique. "C'est un télescope américain financé par les Américains, mais ils sont venus chercher le savoir-faire chez AMOS en Belgique pour la partie qui est au coeur du télescope, explique Xavier Verians, directeur de l'entreprise AMOS. Si cette partie ne fonctionne pas, il n'y a pas d'images que l'on sait utiliser d'un point de vue scientifique. Donc, c'est vraiment une reconnaissance de notre savoir-faire en Wallonie."

Des bulles de plasma

Sur les images et les vidéos publiées mercredi, on voit comme des bulles grossir et monter à la surface avant de changer de couleur. Ce sont des bulles de plasma en train de chauffer et de refroidir. Chaque cellule, sur l'image, est environ de la taille de la France. Le plus gros plan publié représente une partie du Soleil de 8.200 km sur 8.200 km.

Après neuf ans de construction, le télescope a été allumé le 10 décembre, se souvient le directeur. "C'était très émouvant, j'étais très heureux." "C'est le travail de ma vie", raconte Thomas Rimmele. Puisque le télescope concentre la lumière du Soleil sur une petite surface sous son dôme, la température monte à des niveaux extrêmes. "Si on y mettait du métal, il fondrait très vite", selon lui. Un bâtiment entier a été construit pour des équipements de refroidissement, dont une "piscine de glace".

Il reste six mois de construction pour installer des instruments supplémentaires. Le véritable Graal scientifique: mesurer les champs magnétiques dans l'atmosphère du Soleil, et notamment dans la couronne solaire, sa partie la plus externe qu'on distingue pendant une éclipse. Thomas Rimmele explique: les champs magnétiques gouvernent les éruptions solaires, des libérations soudaines d'énergie et de particules qui peuvent atteindre la Terre et créer des pannes du réseau électrique, d'équipements électroniques ou de satellites GPS. Cela arrive régulièrement.

Une "météo spatiale"

Les observations en haute définition du télescope aideront à établir la physique fondamentale de ces champs magnétiques, afin de créer des modèles de prédiction: une "météo spatiale", qui permettrait d'anticiper les tempêtes solaires afin d'éteindre les équipements vulnérables.

Le télescope est inauguré à un moment passionnant pour les astronomes: le Soleil s'apprête à entrer dans un nouveau cycle de 11 ans, et commencer à produire de nouvelles taches solaires. Actuellement, le cycle est à son minimum donc aucune tache n'est visible.

"L'objectif est de publier le gros plan d'une tache solaire de la plus haute résolution jamais réalisée", dit Thomas Rimmele. Et comme le télescope enregistre 30 images par seconde, pendant des heures, il y aura aussi des films de ces taches.




 

Vos commentaires