En ce moment
 
 

"Put***, ils n’auraient pas dû voler, il y a une guerre qui est en cours": les prorusses ont-ils abattu l'avion par erreur?

 
 

Les services de sécurité ukrainiens prétendent avoir intercepté deux conversations téléphoniques lors desquelles des séparatistes prorusses apparaissent admettre avoir abattu le vol MH17, pestant : "Put***, ils n’auraient pas dû voler. Il y a une guerre en cours." Ces conversations n’ont pas encore été authentifiées et sont donc à prendre avec la plus grande réserve. À l’heure actuelle, les deux camps se rejettent la faute.

Les séparatistes prorusses auraient pu abattre l'avion malaisien après l'avoir pris pour un appareil militaire ukrainien, d'après plusieurs éléments parus sur les sites des insurgés et des interceptions des services de sécurité ukrainiens. "Le ministre de la Défense" des séparatistes Igor Strelkov a indiqué sur sa page Vkontakte (Facebook russe) que les rebelles avaient abattu un avion de transport militaire ukrainien An-26 à peu près à l'heure et dans la zone du crash de l'avion de ligne malaisien avec 298 personnes à bord.

"On vient d'abattre un An-26 près de Snijné"

Il a affiché sur son site une vidéo montrant une épaisse fumée noire s'élevant de l'endroit d'impact de l'appareil abattu. Cette vidéo offre une grande ressemblance avec des images présentées sur YouTube comme étant celles de la chute de l'avion de ligne malaisien. "On vient d'abattre un An-26 près de Snijné, il traîne quelque part derrière la mine Progress", a écrit à 13H37 GMT Igor Strelkov, citoyen russe présenté par les services ukrainiens comme un colonel du renseignement militaire, mais qui a lui-même récemment reconnu être un officier des services de sécurité russes à la retraite.

Un AN-26 abattu le 14 juin

Snijné est une localité proche de l'endroit où l'avion malaisien a été abattu dans la région de Donetsk, dans une zone contrôlée par les séparatistes prorusses. L'appareil a disparu des radars à 13H20 GMT. Un An-26, avion de transport militaire ukrainien a été abattu le 14 juin dans l'Est. Ses 49 occupants ont péri, la tragédie la plus meurtrière pour les forces ukrainiennes depuis le début de leur opération dans l'Est à la mi-avril.

"En résumé, c’était un avion civil à 100%"

Les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont publié dans la soirée l'interception de ce qu'ils ont présenté comme une conversation entre deux chefs rebelles après l'examen du lieu du crash.

Major : Ce sont les Tchernoukhine qui ont abattu l’avion. Depuis le checkpoint de Tchernoukhine. Ces cosaques qui sont basés Tchernoukino.

Grek : Oui, Major.

Major : L’avion s’est désintégré dans l’air. Dans la zone de la mine de Petropavlovskaya. Le premier '200'. Nous avons trouvé le premier '200' (un code pour un civil)

Grek : Bien, qu’avez-vous là ?

Major : En résumé, c’était un avion civil à 100%

Grek : Est-ce qu’il y a beaucoup de personnes là-bas ?

Major : Merde alors ! Les débris sont tombés dans des jardins.

Grek : Quel genre d’avion ?

Major : Je n’ai pas vérifié cela. Je ne me suis pas rendu à l’endroit précis. J’examine juste l’endroit où les premiers corps sont tombés. Il y a des restes de sièges et de corps.

Grek : Est-ce qu’il reste quelque chose de l’arme ?

Major : Absolument rien. Des objets de civils, des trucs médicaux, des essuies, du papier toilette.

Grek : Est-ce qu’il y a des documents ?

Major : Oui, ceux d’un étudiant indonésien. D’une université de Thompson.

"Que faisait-il sur le territoire ukrainien ?"

Lors d’une autre conversation publiée par les services de sécurité ukrainiens, un homme appelé Militant parle avec Nikolay Kozitsin, un commandant cosaque.

Militant : J’observe l’avion abattu dans la zone de Snijné-Torez. C’est un avion de civils. Il est tombé près de Grabove. Il y a plein de corps de femmes et d’enfants. Les cosaques sont dehors en train de regarder tout ça. Ils disent à la télévision que c’est un avion AN-26, mais ils disent qu’il est écrit Malaysia Airlines sur l’avion. Que faisait-il sur le territoire ukrainien ?

Nikolay Kozitsin :
Ça veut dire qu’ils transportaient des espions. Put***, ils n’auraient pas dû voler. Il y a une guerre qui est en cours.


 

Vos commentaires