En ce moment
 
 

Explosion suivie d'un incendie dans une zone pétrochimique en Espagne: deux morts et plusieurs blessés

Une explosion, suivie d'un incendie, dans une usine chimique à Tarragone (nord-est de l'Espagne) a fait mardi deux morts et plusieurs blessés, selon un nouveau bilan des autorités régionales. Les causes de l'explosion, qui s'est produite dans le complexe d'IQOXE (Industries chimiques d'oxyde d'éthylène), n'étaient pas connues dans l'immédiat. La Protection civile a assuré qu'aucune "substance toxique" n'avait été détectée dans les environs.

Les pompiers ont indiqué qu'une trentaine d'équipes se trouvaient sur place pour éteindre l'incendie qui s'élevait d'un réservoir d'oxyde d'éthylène, et "refroidir les réservoirs voisins".

Des vidéos montrant des grandes flammes et des colonnes de fumée circulaient sur les réseaux sociaux.

Une personne est morte à l'intérieur d'un bâtiment situé dans une ville proche du parc industriel, qui s'est effondré en raison de l'onde de choc, a précisé le Protection civile. L'explosion, qui a eu lieu un peu avant 19H00 locales  dans l'usine, a fait plusieurs blessés, dont deux grièvement brûlés, selon les services d'urgence.

Dans un premier temps, les autorités avaient demandé à la population de plusieurs localités voisines de se confiner chez elle, mais la mesure ne s'applique plus qu'à quelques zones dans l'environnement immédiat du parc industriel.

"Des unités environnementales qui se sont déplacées sur place signalent qu'aucune substance toxique en suspension dans l'air n'a été détectée dans les environs", a annoncé la Protection civile.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a offert au président régional catalan Quim Torra "tout le soutien nécessaire", ajoutant être "très attentif aux informations qui parviennent sur l'incendie".

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires