En ce moment
 
 

Pas de ski à Noël en raison de la fermeture des stations jusqu'à mi-janvier: certains Belges avaient pourtant réservé un voyage (vidéo)

Pas de ski à Noël en raison de la fermeture des stations jusqu'à mi-janvier: certains Belges avaient pourtant réservé un voyage
 
CORONAVIRUS
 

Un comité de concertation doit se tenir vendredi. Compte tenu des indicateurs de l'épidémie à la baisse, un assouplissement de certaines mesures pourrait être décidé. Toutefois, nous pouvons d'ores et déjà faire une croix sur les séjours au ski durant les vacances de Noël.

La France, l'Italie et l'Autriche ont annoncé que les stations resteront fermées au minimum jusqu'à la mi-janvier. Beaucoup de Belges avaient tout de même voulu y croire et avaient réservé pour cette période.

Une saison entre parenthèses

Maureen fait du ski alpin en compétition, elle comptait sur les vacances de Noël pour s'entraîner mais elle ne foulera pas la neige de Tignes cette année. "Souvent, les grosses courses sont en janvier, février, mars donc les vacances de fin d'année sont importantes. En dôme, on ne progresse pas nécessairement aussi bien qu'en montagne. C'est plat donc on ne s'entraîne pas dans les pentes, sur de la vraie neige". Pour elle, cette fermeture des stations pendant encore plusieurs semaines, "c'est mettre l'évolution entre parenthèses".

Au-delà de la pratique sportive, toute la famille profitait de cette quinzaine de congés. Logement, dates, tout était réservé. "En général, je pars une semaine avec elle entraînement et puis mon mari vient nous retrouver pour les fêtes ainsi que des amis avec qui nous passons la semaine de Nouvel An, pour fêter ça", explique Sabine, sa mère.

Les Alpes ne s'arrêtent pas à la frontière. Il va falloir coordonner entre les différents pays

Une décision difficile à comprendre pour tous les amateurs de ski. La fermeture est une douche froide pour les gestionnaires des stations et les agences de voyage. Ces dernières enregistrent des réservations pour les sports d'hiver depuis la fin de l'été, qu'elles vont devoir annuler.

La situation va également engendrer d'autres difficultés estime Sébastien Hamende, vice-président de l'union professionnelle des agences de voyage. "Les Alpes ne s'arrêtent pas à la frontière. Elles sont à cheval sur la France, l'Italie, la Suisse, l'Autriche. Il va donc falloir coordonner entre ces différents pays. On parle des Alpes parce que c'est le plus connu mais il y a aussi les Pyrénées à cheval entre la France et l'Espagne", déclare-t-il. La période de fin d'année représente 20 à 25 % du chiffre d'affaires des stations de ski en France.

COVID 19 Belgique: où en est l'épidémie ce mercredi 25 novembre?


 

 




 

Vos commentaires