En ce moment
 
 

Décès de Victorine: le chemin qu'elle a emprunté pour rentrer est décrit comme dangereux par les habitants

Décès de Victorine: le chemin qu'elle a emprunté pour rentrer est décrit comme dangereux par les habitants
© Image Belga © Photo Facebook
 
 

Qu'est-il arrivé à Victorine, 18 ans, retrouvée morte à Villefontaine en Isère? Six jours après la découverte du corps de la jeune fille, les enquêteurs tentent d'éclaircir les circonstances de ce drame. Une enquête pour "enlèvement, séquestration et homicide volontaire" a été ouverte. Les investigations se concentrent notamment sur les images de vidéo-surveillance, les données de téléphonie. Les vêtements de Victorine sont également analysés, tout comme ses chaussures et son sac à main retrouvés à proximité de son corps.

On le sait, Victorine avait passé son samedi après-midi au centre commercial, accompagné de ses amis. Après avoir raté son bus, elle avait décidé de regagner le domicile familial à pied. Au micro de BFMTV, les habitants de Villefontaine décrivent un chemin sombre où il n'est pas gai de se promener. "C'est un chemin un peu en hauteur de Villefontaine. Il est rapide mais il est en plein milieu d'une forêt, sans éclairage. Il n'est pas entouré d'habitations, on ne se sent pas en sécurité... Il n'y a rien autour", indique une proche de la famille.

N'importe qui pourrait sortir de n'importe où.

Hafida, habitante du quartier, décrit elle-aussi un lieu obscure. "Si vous loupez votre bus, il faut rentrer dans le noir. Ma fille avait elle-même très peur de remonter à pied depuis le stade de La Prairie. Elle m'appelait pour que je reste en ligne avec elle car il fait tout noir, on ne se sent pas en sécurité. N'importe qui pourrait sortir de n'importe où, on ne le verrait pas arriver. Tous les habitants savent qu'entre le stade de La Prairie, les étangs et le quartier des Fougères on manque de visibilité", assure-t-elle. 

Une marche blanche sera organisée dimanche 4 octobre en hommage à Victorine. Sa famille devrait s'exprimer lors d'un discours. 


 

Vos commentaires