En ce moment
 

On sait finalement ce qu'il s'est passé pour en arriver à ce COUAC

On sait finalement ce qu'il s'est passé pour en arriver à ce COUAC

Une "erreur de communication" est à l'origine du couac qu'a connu la Patrouille de France lors du défilé du 14 juillet dernier au-dessus des Champs Elysée à Paris, avec un fumigène rouge tiré par un des neuf Alpha-Jet à la place du bleu attendu, a reconnu le chef des équipes de présentation de l'armée de l'Air, le lieutenant-colonel Bruno Bézier.

Ces fumigènes sont produits par la combustion d'huile colorée à la sortie du réacteur gauche. Elle s'écoule, sur commande du pilote, d'un réservoir installé dans une gondole ("pod" en jargon) pour canon montée sous l'avion. Les Alpha-Jet de la Patrouille de France sont équipés de pods contenant deux réservoirs, pour pouvoir produire deux couleurs différentes parmi le blanc, le bleu et le rouge, a expliqué mercredi le chef des mécaniciens de la PAF, le commandant Xavier Remer, à quelques journalistes belges. Et lors du défilé aérien du 14 juillet, le pilote de l'Alpha-Jet numéro 9, qui volait en position extérieure droite, pensait avoir dans ses cuves du blanc et du bleu lorsqu'il a appuyé sur la gâchette, la "queue de détente", située ici en haut du manche que le pilote actionne le fumigène. Alors qu'en réalité les mécaniciens spécialisés en armement (les "pétafs") avaient chargé du bleu et du rouge en suivant la procédure habituelle sans rien signaler. "Une erreur de communication", a résumé le lieutenant-colonel Bézier, tout en soulignant que les demandes d'explications étaient venues de "très haut" à propos de cet incident très médiatisé. "Mais je préfère du rouge dans le bleu qu'une boule noire (synonyme de crash aérien)", a souligné l'officier.

Vos commentaires