En ce moment
 

Equateur: le candidat socialiste maintiendra l'asile pour Assange

(Belga) Lenin Moreno, candidat du parti au pouvoir à l'élection présidentielle de dimanche en Equateur, a réaffirmé mercredi à l'AFP qu'il maintiendra l'asile accordé à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks réfugié à l'ambassade de Quito à Londres depuis 2012.

"L'Equateur est un pays qui respecte les droits humains et la décision que nous avons prise que M. Assange reste dans l'ambassade tant qu'un sauf-conduit ne lui aura pas été accordé pour gagner notre pays ou le pays de son choix", a déclaré le candidat socialiste, lors d'une brève interview à Manta (ouest), sur la côte pacifique. "Mais nous serons toujours attentifs à demander à M. Assange qu'il fasse preuve de respect dans ses déclarations envers les pays frères, les pays amis", a ajouté Lenin Moreno. De l'issue de la présidentielle, visant à élire le successeur du socialiste Rafael Correa au pouvoir depuis 2007 et qui ne se représente pas, va dépendre le sort de Julian Assange, réfugié à l'ambassade équatorienne depuis juin 2012. Le candidat de l'opposition, l'ex-banquier Guillermo Lasso s'est engagé, s'il est élu, à "réviser l'asile" accordé au fondateur de WikiLeaks. Julian Assange est réclamé par la Suède pour un viol qu'il nie, et craint d'être extradé ensuite aux Etats-Unis pour répondre de la publication de documents diplomatiques et militaires confidentiels, notamment sur les guerres en Irak et en Afghanistan. En janvier, il s'est toutefois déclaré prêt à comparaître devant la justice américaine si ses "droits sont garantis". Le gouvernement de Rafael Correa lui avait accordé l'asile estimant que la vie du fondateur de WikiLeaks était en danger. Mais la Grande-Bretagne s'est refusé à lui délivrer un sauf-conduit lui permettant de quitter le pays. Lenin Moreno a par ailleurs assuré que, s'il emporte le scrutin de dimanche, il maintiendra de "bonnes relations" avec le gouvernement du président Donald Trump. "Nous respectons la décision du peuple américain d'élire M. Donald Trump", a-t-il souligné, ajoutant: "N'oublions pas que les Etats-Unis sont notre principal partenaire commercial". (Belga)

Vos commentaires