En ce moment
 
 

"On n'est pas des animaux": notre équipe agressée lors d'un reportage à la gare du Nord à Bruxelles

L'une de nos équipes, composée d'un journaliste et d'un cameraman, a été agressée par un individu à la Gare du Nord (Schaerbeek), ce dimanche matin. Nos reporters préparaient un sujet pour le RTL INFO sur la décision des chauffeurs de la société De Lijn de ne plus s'arrêter dans la gare. Les travailleurs de la société de transports en commun flamande dénoncent un manque de sécurité et d'hygiène.

Nos collègues étaient occupés à filmer un bus De Lijn et à tenter d'interroger un chauffeur lorsqu'un individu s'est précipité sur eux. La caméra n'était pourtant pas du tout pointée vers lui. L'individu se trouvait d'ailleurs à l'intérieur de la gare, dans un lieu qui n'était pas visible par notre équipe. Nos journalistes étaient quant à eux positionnés à l'extérieur.

L'individu est sorti de la gare et a lancé un projectile sur nos reporters. Il s'est ensuite approché rapidement et a violemment bousculé nos journalistes. "We are not animals", a-t-il proféré ("Nous ne sommes pas des animaux", en français), tout en agressant nos collègues.


Les conducteurs flamands décident de ne plus s'arrêter à la Gare du Nord

Les chauffeurs de De Lijn se plaignent depuis des mois d'un manque de sécurité et d'hygiène dans et autour de la gare de Bruxelles-Nord. Plus tôt cette semaine, Het Laatste Nieuws rapportait des cas de gale, de tuberculose et de malaria au sein d'un groupe de migrants en transit qui y séjourne. Craignant d'attraper des maladies, les conducteurs ne s'arrêteront dès lors plus aux alentours de la gare ferroviaire bruxelloise, ont convenu les syndicats ACV, ACOD et ACLVB. Geert Witterzeel, de l'ACV, affirme que les sociétés privées qui opèrent autour de la gare ont été contactées. Il souligne que les syndicats ne visent pas les migrants en tant que tels.

Vos commentaires