En ce moment
 
 

Bruxelles: la peine est tombée pour celui qui s'était réjoui que le policier liégeois prenne une balle dans la tête

Bruxelles: la peine est tombée pour celui qui s'était réjoui que le policier liégeois prenne une balle dans la tête
© RTL INFO

Ce vendredi, se tenait le procès d'un homme pour "calomnie" envers un corps constitué au tribunal correctionnel de Bruxelles. Il avait posté un commentaire sur Facebook le 9 septembre 2019, affirmant être heureux de la mort annoncée (information qui s'est révélée inexacte) du policier liégeois, Maxime Pans, blessé par balle à Wandre. 

Le ministère public avait requis un an de prison maximal pour calomnie. Mais ce vendredi, le juge a décidé de requalifié les faits en "injure". Ne parlant plus de calomnie, la peine maximale était donc de deux mois de prison. Finalement, le tribunal a condamné l'accusé à 4.000 euros d'amende. S'il ne paie pas, une peine de trois mois de prison sera appliquée. 

Le Chef de Corps de Liège salue le jugement rendu

Pourtant à l'issue du délibéré, l'avocate du prévenu nous a indiqué sa volonté d'aller en appel pour deux raisons. D'une part, elle estime que la défense aurait dû être réentendue lorsque la requalification des faits a été décidée. Elle parle donc d'un jugement hors la loi. De plus, elle nous assure que selon le Code pénal, son client aurait dû être jugé devant la Cour d'assises car on parle ici d'un "délit de presse". Selon l'avocate, le fait que le procès se soit tenu au tribunal correctionnel constitue une faute. 

De son côté, "le Chef de Corps de Liège salue le jugement rendu ce matin par le tribunal correctionnel de Bruxelles". "Les policiers de la Zone de police de Liège et du royaume avaient été particulièrement touchés par les propos immondes, irrespectueux et inadmissibles tenus par l’auteur. Ils se voient ici soutenus par la justice, c’est important car chaque jour, alors que la dangerosité de leur métier augmente, ils sont victimes d’injures dans l’exercice de leurs fonctions que ce soit sur la voie publique ou sur les réseaux sociaux", nous indique une porte-parole. 

Vos commentaires