En ce moment
 

Ce plumier offert à 1.600 élèves par la ville de Bruxelles déclenche la première polémique de la campagne électorale

COMMUNALES 2018

Première polémique de cette campagne électorale à Bruxelles. Des plumiers ont été offerts par la ville. L'opposition dénonce: ils sont rouges, comme le parti socialiste.

Ce n'est que le deuxième jour de classe, et pour les élèves de première primaire, il y avait déjà une petite surprise dans les cartables. Un plumier rouge dans lequel se trouvent une latte, une paire de ciseaux, un stylo à bille, un taille-crayon et une gomme.

1.600 élèves l’ont reçu. A 4 euros la trousse, c’est une dépense de 6.400 euros pour la ville de Bruxelles. Mais n’allez surtout pas parler de cadeau électoraliste à l’échevine socialiste de l’instruction publique. "Ce qui est important, me semble-t-il, c'est que le matériel dont disposent les enfants ne se retrouve pas sur la liste donnée par les écoles. Et la liste est donnée depuis hier", a indiqué Faouzia Hariche (PS), échevine de l'instruction publique de la ville de Bruxelles.

Faux, rétorque l’opposition. "C'est un double emploi certainement pour beaucoup de familles et donc du gaspillage. Pour nous ça a plutôt une connotation cadeau", a réagi Zoubida Jellab, cheffe de groupe Ecolo à la ville de Bruxelles.

Vérification faite auprès des parents, il semble en effet que de nombreux élèves avaient déjà acheté un plumier avant le début de l'année scolaire.


Tout est "Made in China"

Autre point de discorde: la couleur rouge. "Si vous pensez que partout où il y a du rouge les gens votent PS, je pense que vous êtes un peu réducteur", a répliqué Faouzia Hariche.

Et enfin, énième critique de l'opposition: à y regarder de plus près, tout est "made in China" dans cette trousse en plastique. "Ce qui est ici dérangeant, c'est que la qualité du matériel n'est pas forcément durable ou écologique", a confié Fabian Maingain, chef de groupe DéFi à la ville de Bruxelles.

Quant au MR dans la majorité à Bruxelles, il dit ne pas être au courant et vouloir en discuter jeudi au collège des Bourgmestre et échevins.

Vos commentaires