En ce moment
 

Commémorations du centenaire de la mort d'Edith Cavell

Un hommage a été rendu lundi matin à Edith Cavell au Sénat à Bruxelles, lieu où l'infirmière britannique fût condamnée à mort par un tribunal militaire allemand avant d'être fusillée il y a tout juste cent ans. Les princesses Astrid de Belgique et Anne de Grande-Bretagne ont assisté à la cérémonie, présidée par l'historien Francis Balace.

Ces commémorations marquaient le centenaire de l'exécution d'Edith Cavell, le 12 octobre 1915 à Schaerbeek, à l'âge de 49 ans. Infirmière britannique, elle fût condamnée à mort par un tribunal militaire allemand pour son rôle dans la résistance, ayant aidé des soldats alliés à fuir la Belgique occupée. Christine Defraigne, présidente du Sénat, a salué cette "héroïne britannique de naissance et Belge dans son cœur" et a rendu hommage aux "sacrifices de la Grande-Bretagne qui ont contribué à la libération de notre pays".

"Edith Cavell était infirmière, et c'est ainsi qu'elle souhaitait que l'on se souvienne d'elle", a-t-elle ajouté. "C'est très émouvant de se retrouver aujourd'hui exactement où Edith Cavell a été condamnée à mort. Elle mérite notre admiration, notre respect et notre plus profonde gratitude", a déclaré la princesse Astrid, soulignant que l'infirmière était "une source d'inspiration" et que son "héritage devait continuer à vivre".

Une descendante de la sœur d'Edith Cavell a ensuite lu la dernière lettre de celle-ci, faisant ses adieux aux étudiantes de l'institut Berkendael, créé par le Dr Depage, où la Britannique était infirmière en chef. La princesse Anne, fille de la reine Elisabeth II, a également pris la parole après un intermède musical. Elle a ensuite déposé une couronne de fleur dans l'hémicycle, tout comme la princesse Astrid et Christine Defraigne. Avant la cérémonie, un buste d'Edith Cavell été inauguré au parc Montjoie, à Uccle. Durant l'après-midi, la princesse Anne visitera l'hôpital universitaire des enfants Reine Fabiola.


Vos commentaires