En ce moment
 
 

Le super radar Lidar fonctionne à plein régime: jusqu'à 2.400 PV en 24h

 
 

Après la Wallonie, c’est la région bruxelloise s'équipe de nouveaux radars. Des appareils 100% automatiques et qui flashent tout ce qui bouge. On les appelle les Lidars. Vous les avez sûrement vus au bord des autoroutes ou des nationales. Des boîtiers équipés d'un laser. Très rentables pour la police. Si vous le voyez, c'est trop tard, il vous a déjà repéré et flashé.

Le Lidar est un système de contrôle de vitesse qui fonctionne par laser. Le nom officiel de ce style de radar: cinémomètre routier (mesureur de vitesse). À l’aide d’un laser infrarouge rotatif qui balaye l’espace 75 fois par seconde, le Lidar calcule la vitesse de tous les éléments en mouvement : voitures, camions, motos, mobylettes...

Un système impitoyable

Les caméras Lidar sont impitoyables. En plus de flasher les véhicules circulant dans les deux sens, le système calcule et vérifie la vitesse des véhicules à une distance de 20 mètres. Les freinages appuyés dans les derniers instants ne permettent donc pas d’échapper au flash. Ni à l’amende...

Il change d'endroit toutes les semaines

Le détecteur change en principe d’emplacement toutes les semaines. Déjà utilisés dans le reste de la Belgique, ces détecteurs d’excès de vitesse sont dans une phase de test à Bruxelles pour un an depuis le mois de juin. Les régions louent le système, mais deux zones de police une à Liège et l’autre à Bruxelles (zone Uccle, Watermael-Boistfort, Auderghem) ont acheté l’appareil, qui coûte 120.000 euros.

2.400 véhicules flashés en 24h sur autoroute

En début d’installation sur autoroute, jusqu’à 2.400 photos d’infractions ont été prises en 24H,  ce qui donne un montant théorique de 240.000 euros en 24h à raison de 100 euros par pv en moyenne. Conclusion: en 12h d’utilisation en bord d’autoroute, le lidar flambant neuf acheté 120.000 euros est "remboursé". En moyenne, et pas seulement sur autoroute, mais en zone 30 par exemple, le lidar permet de dresser entre 500 et 1.000 procès-verbaux par semaine. 500 PV, ça équivaut à 50.000 euros, soit dix fois plus que la location hebdomadaire, d’environ 5000 euros.

Un objectif: la prévention

Ce type de détecteurs a pour objectif la prévention. Ils  provoquent des freinages brusques et inutiles puisque la photo est déjà prise lorsque l’automobiliste aperçoit l’appareil. Le Lidar a cette spécificité d’être mobile et placé dans des endroits difficiles d’accès comme les tunnels. La présence du radar entraîne une diminution de la vitesse, mais à certaines conditions. "À partir du moment où il est en place depuis plusieurs jours et à partir du moment où il revient au même endroit, sur une période de plusieurs mois, là on constate en effet que les automobilistes commencent à faire attention", a indiqué Pierre Grisard de Securoad, la société qui commercialise les Lidars, au micro de Bernard Lobet pour Bel RTL.

150 véhicules flashés en zone 30 en deux jours

Pour 200.000€, la Région bruxelloise a loué le système pour un an et l’a mis à destination des 6 zones de police bruxelloises depuis le mois de juin. En attendant de décider de les acheter ou non. La Région bruxelloise demande aux zones de police que ces appareils soient placés régulièrement dans les tunnels et les voiries en travaux. On dénombre en moyenne un accident par jour dans les tunnels bruxellois et les excès de vitesse en sont la cause principale. La zone de police Marlowe (qui comprend Uccle, Watermael-Boistfort et Auderghem) a acheté un lidar. Et le résultat est impressionnant 150 véhicules flashés en 2 jours dans une zone 30.

> VOS REACTIONS SUR NOTRE PAGE FACEBOOK : « C'est une très bonne idée, ils rouleront moins vite » (Marianne)

 

Bernard Lobet


 




 

Vos commentaires