En ce moment
 
 

Anderlecht: le vol de plusieurs armes chez un passionné reste toujours un mystère

 

Depuis deux semaines, la police est à la recherche d'une arme qui a été volée dans un combi  lors des émeutes d’Anderlecht. Cette arme n'a toujours pas été retrouvée. Mais un autre dossier de vol d’armes inquiète également. Il y a quelques mois, c’est tout un arsenal qui a été volée chez un collectionneur.  Aujourd'hui, l’enquête est à l'arrêt et le propriétaire s’inquiète de voir ses armes refaire surface dans de mauvaises mains. C'est une information RTL info.

Des armes de poing stockées dans un coffre de 300 kilos ont été dérobées à Anderlecht. Les faits remontent à juin, mais l'affaire a été récemment classée sans suite. Ces armes - 27 pièces, dont des fusils d'assaut - étaient détenues légalement par un passionné d'armes et de tirs sportifs. Elles ont été dérobées lors d'un audacieux cambriolage. Deux mille munitions prêtes à l'emploi ont également été volées. "Les alarmes n'ont pas fonctionné. Les personnes étaient très bien renseignées apparemment. Ils ont sorti le coffre par la fenêtre qui donne sur la rue, en plein Anderlecht et en pleine journée", précise le propriétaire des armes. 

Une nouvelle plainte déposée

Le vol a eu lieu en juin et quatre mois plus tard, le dossier a été classé sans suite par le procureur faute d'éléments. Cet arsenal impressionnant est donc toujours dans la nature. "Venir apprendre par la suite que la police a enquêté uniquement 4 mois,  alors que j'entends dans la presse qu'un Glock de policier a disparu sur Anderlecht. Là, tout le monde s'affole. Ici, ce n'est pas d'un Glock dont on parle. Ce sont des armés réellement de poing, des 45 millimètres, des armes de calibre 44, etc. Des armes qui sur un simple tir peuvent tuer une personne."

Conseiller par son avocat, le propriétaire des armes va déposer une plainte avec constitution de partie civile. Un juge d'instruction sera saisi pour apporter une deuxième lecture du dossier. Yannick De Vlaemynck est l'avocat du propriétaire des armes. "Le juge d'instruction a des pouvoirs que le procureur n'a pas. Le fait de pouvoir pénétrer chez quelqu'un, de délivrer des mandats de perquisition. Un juge d'instruction a la possibilité de faire des écoutes. Il y a d'autres pouvoirs plus entendus que ceux attribués au procureur du roi."

Toujours autant passionnée de tirs, la victime du vol s'intéresse désormais aux armes à air comprimé. Mais il s'inquiète que des pièces de son ancien arsenal ne soient utilisées lors de faits criminel.      

 

Vos commentaires