En ce moment
 
 

Une école bruxelloise dispense un cours d'empathie à ses élèves: en quoi cela consiste-t-il?

Un établissement primaire bruxellois dispense désormais un cours d’empathie à ses élèves. Une qualité qui doit permettre aux enfants de mieux vivre en société.

Un simple bonjour ou une chaude accolade, l’entrée en classe est importante pour Esma. Cette enseignante apprend aux enfants à développer l’empathie, soit nommer et reconnaître les émotions. Une fois en classe, chaque élève d’une classe de 2e primaire a dû choisir des cartes. "Vous allez choisir vos émotions avant la 2e étape avec les cartes des besoins que vous allez choisir en fonction des cartes des émotions", explique Esma.

Chaque enfant explique aux autres ses émotions et ses besoins. Une façon de se dévoiler et d’apprendre à connaître l’autre.

"C’est la première que j’entends les besoins de mes amis, c’est cool", a confié une élève.

Si chaque enfant est pourvu d’empathie, il faut la développer pour améliorer ses relations humaines. Un travail essentiel pour préparer ces enfants à mieux vivre en société.

"La relation avec les autres, la communication, l’empathie, c’est fondamental. Cela doit s’apprendre aussi", explique Isy Pelc, professeur émérite en psychologie médicale à l’ULB.


"La carte du besoin de se sentir en sécurité ressort souvent"

Le Danemark est le premier pays à avoir instauré un tel cours dans son programme scolaire. Les Pay-Bas ont suivi le mouvement. En Belgique, l’idée est défendue par un député bruxellois.

"Un euro investi dans le bien-être des jeunes aujourd’hui, c’est 100 euros d’économiser dans 20 ans. En termes d’antidépresseurs, de diminution de la prévention, de politique de sécurité,… C’est une priorité", estime David Weytsman (MR).

Grâce à ces cours, Esma a pu déceler des cas de harcèlement par le simple fait qu’un enfant exprimait un besoin.

"La carte du besoin de se sentir en sécurité ressort souvent. Ils racontent ce qui a pu se passer à la récrée. Avec ce mode de fonctionnement, l’enfant à un espace pour en parler", déclare Esma.

Inciter les enfants à avoir des gestes attentionnés envers les autres est un atout pour mieux aborder son rôle de citoyen.

Vos commentaires