En ce moment
 

D'abord des poissons, puis des canards morts, les habitants de Wemmel sont inquiets: quelle est l'origine de cette hécatombe?

D'abord des poissons, puis des canards morts, les habitants de Wemmel sont inquiets: quelle est l'origine de cette hécatombe?

Plusieurs personnes nous ont contactés via le bouton orange Alertez-nous pour nous faire part d'une situation inquiétante aux abords du château de Wemmel, en périphérie bruxelloise, où se trouve un petit parc et un étang très fréquentés par les promeneurs. "Les canards meurent les uns après les autres", nous dit Virginie.

C'est Julien qui a alerté de la situation sur un petit groupe Facebook réservé aux habitants. Il se rend plusieurs fois par jour près de cet étang afin de promener son chien. "Après la mort de tous les poissons de notre magnifique étang de la commune de Wemmel, voila maintenant les canards qui se mettent à mourir devant nos yeux... L'eau de cet étang est devenue verte et une odeur marécageuse commence à se faire sentir de plus en plus". 

En effet, comme nous le confirme le bourgmestre Walter Vansteenkiste, il y a deux ou trois semaines, des poissons morts avaient été retrouvés aux abords de l'étang. Ce phénomène était dû, nous a-t-il expliqué, à une pollution par une toxine de pomme de terre, entraînée depuis un champ proche, via un ruisseau.


"On a retrouvé 5 ou 6 cadavres ce matin"

Mais ici, la mort des oiseaux (plusieurs canards et une oie bernache du Canada) est due à la sécheresse, nous précise l'échevin de l'Environnement de Wemmel, Vincent Jonckheere. "On a retrouvé 5 ou 6 cadavres ce matin. On a fait venir un vétérinaire, qui a effectué une analyse sur les animaux", nous dit-il. Verdict: il s'agit du botulisme. "C’est une bactérie qui se développe dans des eaux chaudes et pas oxygénées. Comme il n’y a pas eu de pluie, il n’y a plus d’oxygène, et elle se développe plus rapidement. Cela touche essentiellement des oiseaux aquatiques, comme des canards qui vivent au bord des étangs". 


Déplacer les oiseaux: pas la bonne solution

La situation est inquiétante pour les oiseaux qui restent: "On ne sait pas les guérir, ils meurent très rapidement. C’est une maladie qui est malheureusement très contagieuse pour les autres animaux. J’avais proposé de les déplacer, mais comme le botulisme est très contagieux, on risque de contaminer d’autres populations". Les communes avoisinantes ne seraient pas touchées pour l'heure, d'après les renseignements pris par l'échevin. 

Ce dernier assure que les oiseaux morts seront ramassés chaque jour, "pour autant qu'il y en ait chaque jour, ce que je n'espère pas". Des panneaux explicatifs ont été placés à l'entrée du parc. Il est recommandé de ne pas toucher aux cadavres d'oiseaux. "Ce n'est pas contagieux pour l'homme, mais on ne veut pas prendre de risque". 

"On va faire ce qu’on peut"

La commune annonce qu'elle va mettre en action deux pompes afin de provoquer du mouvement dans l'eau. "On va faire ce qu’on peut, essayer de répartir la bactérie, pour qu’elle soit moins concentrée".

Vos commentaires