En ce moment
 
 

La police boraine scrute les citoyens qui ne respectent pas les mesures sanitaires via des caméras de surveillance (vidéo)

 
CORONAVIRUS
 

C'est devenu l'une des missions principales de la police : faire respecter les règles sanitaires. Pour y arriver, elle a parfois recours aux caméras de surveillance, placées dans l'espace public.

La zone de police boraine est dotée de caméras de surveillance lui permettant de repérer les infractions aux règles sanitaires. Ce mercredi matin, les agents ont ainsi pu constater un rassemblement devant la gare de Saint-Ghislain. Une quinzaine de manifestants étaient présents. Problème: certains ne portent pas leur masque. "Le bourgmestre de Saint-Ghislain a pris un arrêté stipulant qu'il est interdit, au niveau du centre urbain et de la gare, d'enlever le masque, rappelle Sylvie Auquiere, directricedes opérations de la zone de police boraine. Il est donc interdit de boire, manger ou fumer sur la place publique".

Or, certains manifestants sont justement en train de manger. Rapidement une patrouille est envoyée sur place. Quelques minutes plus tard c’est la sortie des écoles et la formation de groupes de jeunes qui l'accompagne. "Au départ, les jeunes sont dans des groupes isolés, puis ils se rejoignent", décrit Sylvie Auquiere.  

Au total la zone de police boraine dispose de 45 caméras sur tout son territoire. Elles sont actives 24h/24 et 7j/7. Un outil utile en cette période. "Nous sommes présents sur le terrain, mais nous constatons que dès qu'on relâche un peu, les gens respectent moins les mesures, ils craignent moins d'être verbalisés", observe Sylvie Auquiere.

En 2020, la zone a dressé 500 procès-verbaux pour non-respect des règles Covid. 272 PV concernaient des rassemblements interdits.

 




 

Vos commentaires