En ce moment
 
 

Jean-Guy, un sinistré, est en colère contre son assurance: il déclare 26.000 euros de dégâts, il en recevra beaucoup moins

 
 

Ils ont tout perdu mais ils ne seront pas totalement indemnisés par leurs assurances. Plusieurs sinistrés des inondations de juillet nous ont contactés via le bouton orange Alertez-nous pour nous faire part de leur détresse. Parmi eux, il y a Jean Guy, il habite Trooz en province de Liège. Un jardin abîmé et une maison encore inhabitable, plus d'un mois après les inondations l'émotion reste forte pour Jean-Guy: "Ca me fait mal parce qu'on avait refait un jardin avec une belle petite terrasse."

Je suis en colère

Pour être indemnisé, il fait appel à son courtier et établit une liste en évaluant la valeur des biens endommagés: " Je déclare pour 26.000 euros de dégâts. On a un deuxième expert qui revient à la maison et qui nous dit qu'il y a des choses qui ne vont pas pouvoir être assurées." 

L'expert lui propose plutôt 16.000 euros. "Notre salon, on nous le saque à moitié prix alors que le salon a plus ou moins deux ans. Je suis en colère et en même temps on se sent lésés." Le montant de 16.000 euros est probablement lié à la vétusté de ses biens. Eric Reynders est expert chez AG Insurrance: "Il est évident qu'on remplace la chose ou le bien tel qu'il était au moment du sinistre", rappelle-t-il

Des recours possibles

Réévaluer régulièrement le contenu de son habitation est important. Wauthier Robyns est porte-parole d'Assurallia: "On devrait s'assurer pour la valeur du bâtiment et pour la valeur du contenu. Il y a des gens qui assurent une valeur qui n'a plus été revue depuis des lunes. A ce moment-là, on va aux devants de problèmes." 

Assuralia conseille de "parler à son assureur une fois tous les deux ou trois ans afin de refaire le point sur la situation et enlever la poussière que les assurances ont peut-être prises." En cas d'insatisfaction, le client assuré peut aussi faire appel à un contre-expert ou au service de réclamation de sa compagnie d'assurance.  


 




 

Vos commentaires