En ce moment
 

La cousine de Benjamin Herman, le tueur de Liège, était persuadée qu'il avait commis un autre meurtre lundi soir: "Je l'ai reconnu"

  • Attaque à Liège: le tireur aurait déjà commis un homicide hier soir

  • L

  • Attaque à Liège: portrait de l

 

L'auteur de la fusillade de Liège a été aperçu lundi soir à Marche-en-Famenne, peu après sa sortie provisoire de prison. Sa cousine lui avait brièvement parlé plus tôt dans la journée. Il a ensuite tué un homme durant la nuit...

L'auteur des coups de feu mardi matin à Liège qui ont coûté la vie à deux policières et un jeune homme de 22 ans, est visiblement impliqué dans la mort de Michaël Wilmet, dont le corps sans vie a été retrouvé mardi matin à son domicile de On. "Quand j'ai passé le pas de la porte, il était dans son fauteuil, le visage méconnaissable, plein de sang. Pour moi il avait un trou dans la tête. Donc je suis descendue en disant qu'il avait pris une balle et qu'il était trop tard", a indiqué Sabrina Chasseur, voisine de Michael Wilmet, à notre journaliste Christophe Clément.

Dans cette même cité se trouvait la cousine de Benjamin Herman. Elle dit avoir aperçu son cousin qui prenait la fuite. "Je l'ai vu hier dans la journée. Il cherchait justement Michael Wilmet. Pour moi c'était bien lui (qui l'a tué). De toute façon je l'ai reconnu quand il a couru", a témoigné Marie Magonette, cousine de Benjamin Herman.

Les autorités enquêtent encore sur ce dossier, mais Jan Jambon a indiqué ce mercredi matin que Benjamin Herman est bien l'auteur de ce meurtre. Selon les premières constatations pratiquées au domicile de Michaël Wilmet, ce dernier aurait été tué d'un coup à la tête porté au moyen d'un objet contondant.

Michael Wilmet, moins de 30 ans, vivait seul. Il était connu de la justice pour des infractions liées au trafic de stupéfiants. Héroïnomane, il avait été placé sous surveillance électronique dans le cadre d'une condamnation à la prison ferme prononcée début 2014 par le tribunal correctionnel de Marche. Sa peine s'était achevée en mars dernier après deux ans de surveillance électronique. Il n'était plus soupçonné d'aucun trafic.

LE RAPPEL DES FAITS DE MARDI MATIN

Vos commentaires