En ce moment
 

Une cyber-attaque paralyse la clinique André Renard à Herstal

Le fonctionnement de l'hôpital est perturbé ce lundi.

Depuis ce matin, le réseau informatique perturbe tout le fonctionnement de l'hôpital. En cause : "un virus informatique paralyse la clinique", nous a prévenu Charles via le bouton orange Alertez-nous.

Un médecin présent sur place nous a confirmé l'information : "Ça n'empêche pas certains service de fonctionner mais c'est un peu la galère pour donner les rendez-vous aux patients et accéder aux protocoles, etc.", nous a-t-il expliqué.

Les différents appareils médicaux continuent de fonctionner et ce médecin continue à voir ses patients mais les ordinateurs sont hors d'usage.

"Heureusement, on a encore certains documents au format papier", a encore expliqué le médecin.


Des pirates actifs en Ukraine

La clinique André Renard a en effet été victime dans la nuit de dimanche à lundi d'une cyber-attaque. Si les pirates informatiques n'ont pu s'approprier quelconque donnée personnelle, ils ont néanmoins provoqué un ralentissement conséquent de l'établissement hospitalier qui a dû déclenché le plan Mash, un plan d'urgence technique pour empêcher les arrivées aux urgences, rapporte le directeur informatique de l'hôpital au Journal du Médecin.

Le problème informatique a été détecté une première fois vers 3h00 et une seconde fois à 6h00, moment choisi par les pirates, manifestement actifs en Ukraine et désireux d'obtenir une rançon, pour propager un logiciel de cryptage sur les différents serveurs. Plusieurs d'entre eux ont été infectés obligeant la direction informatique à couper l'accès à tout serveur et vers l'extérieur.

Cette situation a ralenti l'activité sur le site hospitalier. Les urgences ont notamment été déviées vers d'autres hôpitaux de la région alors que les accès aux protocoles et autres rendez-vous étaient perturbés. Certains services, tels que la radiologie ou la biologique, n'ont en revanche pas été impactés par le problème informatique.

Lundi en fin d'après-midi, les équipes étaient toujours en train de travailler sur l'attaque rendant impossible tout contact téléphonique avec l'hôpital. La direction a décidé de maintenir le plan Mash jusqu'à mardi matin pour éviter tout problème. Une plainte sera déposée auprès de la Computer Crime Unit. Le délégué à la protection des données (DPO) dans le cadre du RGPD a pour sa part été prévenu.

Vos commentaires