En ce moment
 
 

La clinique Saint-Luc de Bouge victime d’une attaque informatique: "La Belgique est le pays le plus ciblé d'Europe"

 
 

Les consultations et les examens de tout un hôpital ont dû être annulés ce lundi. Il s’agit de la clinique Saint-Luc de Bouge, près de Namur. L’établissement a été touché par une attaque informatique ce week-end et ce n’est pas la première attaque du genre. Récemment, plusieurs institutions publiques ont été visées. Pourquoi ? Que cherchent les pirates en les prenant pour cible ?

La ville de Liège au mois de juin, la semaine dernière le barreau de Charleroi et puis ce week-end, la clinique Saint-Luc à Bouge… Les pirates s’introduisent dans le système informatique interne et à chaque fois, ils demandent une rançon.

Des tentatives de cyberattaque qu’Axel Legay reçoit chaque jour dans son ordinateur. Les pirates n’ont pas de limite mais le phénomène n’est pas nouveau. Ce qui change, c’est sa médiatisation. En s’introduisant dans le système informatique d’établissements publics, les auteurs profitent d’une faille dans leur développement digital. La cible parfaite!

Ce sont des cibles assez vulnérables

"On sait que ce sont des cibles assez vulnérables, souligne ce professeur de cybersécurité à l'UCLouvain. Mais la Belgique dans son ensemble est le pays le plus ciblé d'Europe, tout simplement parce que sur notre territoire se trouvent un certain nombre d'institutions : l'Europe, l'OTAN... Et ce que cherchent les pirates, c'est parfois d'attaquer la périphérie pour avoir accès à ces institutions."

Mais qu'en est-il de cette demande de rançon? "Ce que cherchent les pirates, ce sont des sous notamment payés par des monnaies virtuelles comme le Bitcoin sur le dark web parce qu'ils savent que nos forces de police sont peu compétentes", poursuit Axel Legay.

Céder au chantage est toujours à double tranchant, les données ne sont pratiquement jamais récupérées...


 




 

Vos commentaires