En ce moment
 
 

Trois attaques en deux semaines: des chevaux mutilés dans la province de Namur, "il a eu le tendon sectionné"

 
 

L’inquiétude gagne le monde équestre de la province de Namur. Il y a deux semaines, un poney avait été mutilé avant de mourir de ses blessures. Cette semaine, ce sont deux autres chevaux qui ont connu le même sort -sans qu’ils en meurent pour autant- à peine 15 km plus loin du premier incident.

L’un des chevaux -Nalino- a le tendon extenseur du postérieur droit sectionné, l’autre -Gabriel- une blessure profonde. Heureusement, leur état s’améliore grâce aux soins qu’ils reçoivent.

Sur Facebook, le propriétaire annonce avoir porté plainte à la police et lance un appel à la vigilance aux manèges des environs. "Propriétaires de chevaux, d’écuries et de centres équestres de la région, sans sombrer dans la peur panique, soyez vigilants !"

Eline, la propriétaire du poney retrouvé mort dans sa prairie il y a deux semaines témoigne de la brutalité des auteurs des faits. "On l’a retrouvé émasculé avec une fracture du crâne et avec un gros hématome au niveau de la fesse droite, comme si on lui avait shooté dedans. Il a eu une trace d’injection au niveau de la veine jugulaire. Sûrement qu’on lui a administré un calmant".

Afin de protéger ses six autres poneys et chevaux, Eline n’a pas eu d’autre choix que d’installer des caméras de surveillance et des détecteurs de mouvement.

Cette expérience a traumatisé la jeune fille qui dit "avoir peur" quand elle voit que des chevaux sont laissés seuls la nuit dans des prairies parfois isolées. "J’ai envie de dire aux propriétaires qu’ils fassent très attention."

Selon la police, il n’y aurait pas de lien entre les deux agressions à ce stade.


 

Vos commentaires