En ce moment
 
 

Il manque de l'emboutir puis lui fait "des gestes d'égorgement": pourtant, il était EN TORT, voici un rappel des règles dans un rond-point

Il manque de l'emboutir puis lui fait

Après avoir failli être victime d'un accident, Virginie nous a demandé de rappeler les règles concernant les ronds-points. Des règles trop souvent méconnues comme le prouve la dernière enquête de l'institut VIAS (ex Institut Belge pour la Sécurite Routière). Alors on vous les rappelle ici.

Virginie nous a contacté via notre bouton orange Alertez-nous. "J'ai failli avoir un accident dans un rond-point" ce mercredi matin à Rebecq, au niveau du rond-point de la rue Trieu du Bois. "Je me suis engagée et une personne venant de ma droite a failli me percuter. J'ai donc klaxonné car, encore un peu, c'était l'accident. Ensuite, il s'est montré très agressif et a collé ma voiture de très près, fait des appels de phares et des gestes d'égorgement."

"Je pense qu'il est important de rappeler les règles de priorités car aux dernières nouvelles, il n'y a pas de priorités de droite dans un rond-point et c'est bien la personne engagée dans le rond-point qui est prioritaire."


Règle 1 : c'est celui qui est déjà dans le rond-point qui a priorité

Virginie a effectivement raison. La règle est simple : celui qui est déjà dans le rond-point est prioritaire. Autrement dit, lorsque vous vous engagez dans un rond-point, vous devez céder le passage aux usagers de la route qui s'y trouvent déjà. D'ailleurs, un signal cédez-le-passage et un marquage au sol vous le rappelle.

Et pourtant, alors que cette règle a été adoptée en 1997, il y a encore 1 conducteur sur 50 qui croit que c'est la priorité de droite qui y est d'application, et 1 sur 20 qui pense que la priorité varie en fonction du rond-point ! C'est ce qu'avait démontré une enquête de l'Institut VIAS en septembre 2017.


Le rond-point est le type de carrefour le plus sûr

Malgré ces conducteurs qui mériteraient de repasser leur permis (et ceux qui, comme cela semble plutôt le cas ici, préfèrent "forcer le passage"), les ronds-points sont les carrefours les plus sûrs de Belgique. Ils ne représentent que 1,2% de tous les accidents avec blessures corporelles, alors que les stop et cédez-le-passage en représentent 15%, les priorités de droite 8% et les feux tricolores 7%.

De plus, ils rendent le trafic plus fluide tout en obligeant les automobilistes à ralentir, et ils évitent les croisements sources d'accidents car il est impossible d'y tourner à gauche. Mais des problèmes subsistent. "Généralement, dans les ronds-points, ce sont plus souvent des accrochages que des accidents graves, et plus souvent parce que des gens ont coupé la bande de droite pour sortir", note Benoit Godard, le porte-parole de l'institut VIAS.


Règle 2 : si vous quittez un rond-point depuis la bande intérieure, vous n'avez pas priorité

Il s'agit d'un problème récurrent : les automobilistes qui circulent sur la bande intérieure et qui coupent la bande extérieure pour sortir du rond-point. 1 conducteur sur 8 ne sait pas qu'en circulant sur une bande intérieure du rond-point, il doit céder la priorité à ceux qui circulent sur la bande extérieure en le quittant, selon VIAS. Et pourtant, il s'agit d'une infraction car c'est un changement de bande : "Le conducteur qui veut exécuter une manœuvre doit céder le passage aux autres usagers. Sont notamment considérées comme manœuvres : changer de bande de circulation ou de file", est-il écrit à l'article 12.4 du code de la route.

Autre problème : les automobilistes sur la bande intérieure qui s'arrêtent au beau milieu du rond-point pour laisser sortir ceux de la bande extérieure. S'ils n'enfreignent pas le code de la route, ils fluidifieraient le trafic en faisant un tour du rond-point, leur permettant de se rabattre sur la bande extérieure avant de sortir où ils le souhaitaient.

Pour éviter ces situations, il est préférable d'emprunter la bande intérieure d'un rond-point lorsqu'on compte prend une sortie plus éloignée, et la bande extérieure lorsque l'on sort à l'une des premières sorties.


Règle 3 : arriver plus vite qu'un autre ne vous donne pas une "priorité de gauche"

Encore un problème, moins fréquent mais dangereux : ceux qui pensent qu'une sorte de "priorité de gauche" s'applique et entrent donc à toute vitesse dans un rond-point même si une voiture plus lente s'est déjà engagée devant eux. Sachez donc que si une voiture plus rapide que vous s’apprête à s’engager à votre gauche dans le rond-point alors que vous y êtes déjà entré, vous n’avez pas à lui céder le passage.


Règle 4 : obligation de mettre son clignotant à droite pour sortir

Et enfin, dernier rappel : Il faut absolument mettre son clignotant à droite pour annoncer qu'on va sortir du rond-point : "Le fait de sortir d'un rond-point est un changement de direction impliquant l'usage des indicateurs de direction", pourrez-vous lire sur votre PV si vous ne respectez pas cette règle, PV accompagné d'une amende de plus de 50€ … Sur le bon usage des clignotants, il reste encore 1 conducteur sur 7 qui utilise son clignotant non pas pour sortir du rond-point, mais pour y entrer, ce qui est une erreur, toujours selon l'enquête de VIAS. Pire, 1 conducteur sur 50 estime carrément qu'il ne faut jamais utiliser son clignotant dans un rond-point.


La majorité des Belges ne reconnait pas le panneau qui signale un rond-point !

Les autres erreurs commises par les Belges ? 1 conducteur sur 8 pense à tort qu'il est obligatoire d'y rouler sur la bande extérieure. 1 sur 5 ne cède pas la priorité aux piétons en quittant un rond-point. 1 sur 8 croit qu'il est obligatoire de marquer un temps d'arrêt avant d'y rentrer et, comble de tout, 2 conducteurs sur 3 ne parviennent pas à identifier un rond-point au moyen des panneaux qui le signalent!

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

De quoi vous aider à revoir votre code de la route. Car il y a plus de 900 ronds-points rien qu'en Wallonie et qu'il vous sera donc difficile de tous les éviter.

Vos commentaires