En ce moment
 
 

Jacques, 69 ans, est mineur aux yeux de Microsoft: il doit sortir sa carte de crédit ou d'identité pour continuer à utiliser sa boîte Hotmail

Jacques, 69 ans, est mineur aux yeux de Microsoft: il doit sortir sa carte de crédit ou d'identité pour continuer à utiliser sa boîte Hotmail
microsoft

Ces dernières années, des escrocs se sont régulièrement fait passer pour Microsoft pour tenter d'arnaquer des internautes par email. Mais cette fois, même si ça y ressemble, ce n'est pas le cas. Pour se conformer à un nouveau règlement européen, Microsoft exige un "consentement parental" dont la procédure est assez alambiquée. Pour certains, qui ont sans doute mal renseigné leur année de naissance au moment de la création de leur compte Hotmail, ça devient kafkaïen. "Je dois demander à mes parents de confirmer mon âge", nous a expliqué Jacques, qui a... 69 ans.

Au cours des dernières semaines, vous avez certainement reçu des emails en provenance des entreprises auprès desquelles vous avez créé un compte en ligne. Et elles sont finalement très nombreuses: réseaux sociaux, comptes de messagerie, boutiques, applications… Pour les plus connectés d'entre nous, la liste est longue.

La plupart du temps, il s'agit d'un email informatif, expliquant les nouvelles "conditions générales" ("Terms of Service" en anglais) et "politique de gestion de la vie privée" ("Privacy policy" en anglais). Le mail vous prévient que ces règles ont changé pour respecter le nouveau RGPD (Règlement général sur la protection des données) européen, qui entre en vigueur le 25 mai prochain. On vous a déjà parlé de ce règlement important avec le cas de Facebook et se manière de gérer des photos compromettantes.

En réalité, toutes les entreprises qui possèdent certaines données personnelles (dès que vous créez un compte, donc) sont concernées par ce RGPP. Y compris Microsoft, qui est actuellement en train de mettre tous les comptes de ses clients européens aux normes.

Parmi les innombrables règles, il y a la gestion délicate des titulaires de compte qui sont mineurs d'âge. "En fonction du service auquel vous tentez d’accéder, l'autorisation d'un parent ou tuteur peut être nécessaire pour qu'un enfant puisse créer un compte Microsoft", explique le géant américain du logiciel sur cette page de support. Et les services, ce n'est pas ça qui manque chez Microsoft, entre le simple compte de messagerie (Hotmail, Outlook, etc), la suite de logiciels pour particuliers (Office, Skype, etc) et entreprises (ils sont innombrables), le jeu vidéo (Xbox Live).parten

Lier une carte de crédit et payer 50 centimes (non remboursables)

Pour faire simple: en Belgique, il faut 16 ans pour posséder un compte Microsoft. Si ce n'est pas le cas, vous devez obtenir le consentement d'un parent (un père, une mère ou un tuteur légal). Ce sera obligatoire dès le 25 mai, donc le géant américain a déjà commencé à se conformer aux nouvelles règles.

"Microsoft régularise les comptes de ses utilisateurs dans le monde entier, par vague. En Belgique, ça a commencé à la mi-avril", nous a expliqué Katleen Dewaele, porte-parole de Microsoft Belgique.

Si vous avez moins de 16 ans, une procédure "obligatoire", au moment de tenter d'accéder à votre compte, doit être suivie afin de le débloquer. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle suscite l'interrogation des utilisateurs. Et en ces temps de 'phishing' (tentative de piratage de votre compte) et d'arnaques en tout genre sur internet et par téléphone, on peut le comprendre.

"Le RGPD nous impose de protéger les comptes des plus jeunes, mais ne dit pas comment le protéger", précise notre interlocutrice. "Conformément à la COPPA (protection de la vie privée en ligne des enfants) aux Etats-Unis, le moyen le plus sûr est d'imposer l'utilisation d'une carte de crédit, liée elle à une personne, une identité vérifiable".

Microsoft demande donc aux parents qui veulent reconnaitre (consentir) le compte de leurs enfants de moins de 16 ans de renseigner les coordonnées d'une carte de crédit, et de faire un virement de 50 centimes. Contrairement à Paypal, l'argent n'est pas remboursé, mais versé sur leur compte Microsoft (qui sert par exemple à acheter des logiciels, des jeux Xbox, du matériel de la marque).

verif
"Se méfier: une bonne réaction"

Donner 0,50€ à Microsoft en communiquant ses coordonnées bancaires, ce n'est pas forcément la procédure qui semble la plus évidente, la plus logique. Mettre en place la lecture de la carte d'identité, ou l'utilisation de la plateforme officielle belge Itsme, aurait été plus simple pour les Belges.

Mais Microsoft cherchait sans doute une solution universelle pour ne pas se compliquer une tâche déjà titanesque (il y a des centaines de millions de comptes à mettre aux normes).

Cette procédure payante a l'avantage d'être automatique, et donc plus rapide que l'autre option, qui consiste à communiquer une autre adresse email pour envoyer un scan (ou une photo) d'un document d'identité. Plus fastidieuse, elle est gérée en partie manuellement et demande donc quelques jours pour être validée.

Quelle que soit la méthode choisie, certains utilisateurs concernés ne semblent ni rassurés ni convaincus, comme en témoignent certaines discussions.

"Les gens se méfient et c'est une bonne réaction", reconnait la porte-parole de Microsoft. "Il y a en effet beaucoup de tentatives d'arnaques au nom de Microsoft, souvent par téléphone".

Mais dans ce cas-ci, il s'agit d'une procédure bien authentique. Et si vous ne jouez pas le jeu, vous n'aurez plus accès à votre compte, vos emails, etc…


"Je suis devenu mineur", dit Jacques, qui a 69 ans

Ce genre de chantier administratif ne se fait sans problème, vous l'imaginez. Surtout que Microsoft doit respecter des règles différentes selon les zones géographiques, l'Europe n'étant pas la seule à s'inquiéter de la protection de nos données personnelles.

Certains utilisateurs doivent faire face à un bug lié à l'âge. "J'utilise un compte Microsoft depuis au moins 10 ans et depuis quelques jours, je suis devenu mineur, j'ai même deux ans selon eux alors qu'en réalité j'ai 69 ans !", nous a écrit Jacques, via le bouton orange Alertez-nous :age

Sur ce un forum, on constate que d'autres personnes bien majeures ont été considérées comme mineures. Certains, comme Jacques, soupçonnent même Microsoft d'avoir "changé l'année de naissance à notre insu" pour les obliger à passer à la caisse. C'est une accusation non fondée…

"L'explication la plus logique, c'est que l'utilisateur a entré une mauvaise date de naissance au moment de la création du compte. A l'époque, on n'y attachait pas d'importance et les gens mettaient parfois la date du jour", répond Katleen Dewaele, de Microsoft Belgique.

Il n'a pas confiance: "Je vais supprimer tous mes comptes"

Quelle que soit la raison, Microsoft considère donc certains adultes comme des enfants ou adolescents de moins de 16 ans, et exige, conformément au nouveau RGPD, l'aval d'un parent pour ne pas bloquer le compte. "Je dois demander à mes parents de confirmer mon âge, je dois remplir un formulaire me demandant mon numéro de carte de crédit, la date d'échéance, etc... Mais je ne veux donner aucun renseignement, je pense à une arnaque !", nous a expliqué Jacques.

Il ne s'agit donc pas d'une arnaque, vous voilà prévenu. "Nous n'avons pas reçu beaucoup de signalements de ce genre de problème", précise d'ailleurs la porte-parole, qui rappelle que "la création d'un contrôle parental est très efficace et permet de surveiller et limiter l'activité numérique des enfants d'une famille, y compris les mots qu'ils tapent dans des barres de recherche Google, par exemple".

Si on comprend la démarche de protection des jeunes utilisateurs, on décèle un certain paradoxe: pour respecter un 'Règlement général sur la protection des données', donc pour protéger les données des utilisateurs, Microsoft en redemande une couche: enregistrer ses données de carte de crédit sur leurs serveurs et de payer 50 centimes, ou envoyer par email un scan d'un document d'identité officiel.

Jacques, de son côté, va encore essayer de trouver un autre moyen pour récupérer son compte, mais ne compte ni donner sa carte de crédit, ni envoyer une copie de sa carte d'identité.

 

Vos commentaires