En ce moment
 
 

La Belge Thalya Culot, 16 ans, championne du monde de boxe thaï: "Mes parents cherchaient un sport pour que je puisse me défendre"

La jeune Thalya Culot ne cesse de repousser ses limites dans la boxe thaï. A 16 ans, la jeune Morlanwelzienne est une des plus belles promesses de la discipline. Après son titre national au dernier championnat de Belgique en 2019 (dans la catégorie des moins de 57kg), elle a enchaîné en remportant le 26 janvier dernier une ceinture internationale. Ce nouveau sacre impressionne le monde sportif belge et lui ouvre de grandes perspectives. Portrait d’une surdouée.

Thalya Culot rayonne sur les rings. L’habitante de Morlanwelz, qui a débuté la boxe thaï suite à des problèmes de harcèlement scolaire, enchaîne les performances de haut niveau avec récemment, un titre de championne du monde dans sa catégorie d'âge.

Des résultats qui encouragent Thalya à rêver d’autres exploits dans un sport qu’elle a découvert en 2016. "J’ai commencé cette discipline car je me suis faite harcelée en 2e secondaire. Quand mes parents l’ont appris, ils ont cherché un centre pour que je puisse me défendre et on est tombé sur le club "Team Buonopane" à Chapelle-lez-Herlaimont. Et j’ai adoré tout de suite. Je me suis vite intégrée et les gens étaient proches de moi. Maintenant, c’est ma deuxième maison."

Dès ses premiers pas, elle n’a pas eu froid aux yeux dans une discipline très complète où les poings, les genoux, les coudes, les pieds sont autorisés pour battre l'adversaire. "C’est une passion, un travail que j’ai tout de suite adoré faire. Je ne sais pas expliquer pourquoi j’ai accroché à ce point", confie-t-elle.  

Thalya ne compte plus ses heures passées à s'entraîner pour arriver au plus haut niveau. "Je me rends tous les jours dans mon club à part le jeudi. Le week-end, soit je m’entraîne, soit j’ai des combats. A côté de ça, j’entraîne aussi les petits de 5 à 7 ans, dans mon club, depuis le mois de novembre. C’est très récent", ajoute-t-elle.


 

 Cette ceinture signifie beaucoup pour moi

Sa détermination lui a permis de rapidement obtenir des résultats marquants avec un premier titre lors d'un championnat d'Europe le 27 janvier 2018. S'en sont suivis trois sacres européens supplémentaires, deux titres de championne de Belgique et enfin, un titre de championne du monde des -16 ans WBC, remporté le 26 janvier dernier lors d'un gala organisé à Chapelle-lez-Herlaimont.

A 16 ans, elle doit à présent quitter la catégorie junior au sommet de son art, avec une ceinture internationale dont elle rêvait depuis le début de son parcours. 

"Cette ceinture signifie beaucoup pour moi, je l’ai toujours voulue. C’est un rêve qui s’est réalisé", souligne-t-elle. "Cela me permet d'être reconnue sportive élite internationale par l'Adeps. Cela m’ouvrira des portes pour la suite."


 

Cette année sera riche en nouveautés pour Thalya qui va à présent passer "dans la cours des grands", en intégrant la catégorie "adulte" (où elle débutera dans classe D). 

"Je combattrai bientôt avec des protections en moins (casque, plastron, protèges tibia). Je n’aurai plus que les gants. Ce changement aura lieu cette année", précise-t-elle. 

Si elle aura certainement besoin d'une période d'adaptation, l'Hennuyère déborde d'ambitions. "J’espère remporter encore beaucoup de titres et également rentrer un jour dans le MMA (Arts martiaux mixtes) car j’adore. J’aimerais aussi faire partie du Glory, une grosse organisation dans le monde."


 
---------

Son parcours est fabuleux

Pour réaliser ses rêves les plus fous, elle peut compter sur son entourage et notamment sur son papa qui la suit partout. Ancien footballeur à La Louvière, Grégory Culot a appris à apprécier la boxe thaï.

"Son parcours est fabuleux", s'enthousiasme-t-il. "Je vis ça à fond avec elle. Sa sœur de 11 ans a même commencé à en faire. Tous les jours, on part à l’entraînement (le club est à 5km de leur domicile), et on a déjà beaucoup voyagé ces deux dernières années."

Et de poursuivre: "Je la suis partout. J'ai notamment été en Lituanie début février où elle a terminé 2e à un tournoi important en -57kg. Elle vient en plus d'être reconnue comme "sportive élite" par l’Adeps. C’est du bonheur de la voir évoluer à ce niveau. Elle s’est appliquée depuis le début. L’entraîneur voyait en plus certainement quelque chose en elle. Elle est heureuse de faire ce parcours."


 

Quand elle est arrivée, elle était renfermée et timide

Lucas Buonopane, l'entraîneur de Thalya, se souvient des débuts de la jeune prodige. "Quand elle est arrivée, elle était renfermée et timide", indique-t-il. "Petit à petit, elle s’est ouverte et je pense qu’elle s’est épanouie dans ce sport. On a décelé chez elle de la rigueur. Elle est présente à chaque entraînement. Elle était toujours présente avec de la volonté. Il ne fallait pas être derrière elle quand on lui demandait de réaliser certains exercices. Elle faisait tout ça jusqu’au bout. C’est sa rigueur et sa persévérance qui ont fait qu’on s’en est occupée pour la compétition."

Au fur et à mesure, une certaine complicité s’est mise en place entre la championne et son coach. "On est parti plusieurs fois à l’étranger pour participer à des compétitions. Sa famille la soutient aussi fortement pour les entraînements, l’alimentation… Elle l’entoure à merveille et l’amène dans de bonnes conditions aux compétitions. Il y a une belle symbiose qui s’est créée autour d’elle. C’est pour ça qu’on arrive à des résultats incroyables."

Le dernier en date est donc ce titre de championne du monde des -16 ans WBC. Un combat qu'elle a remporté face à l’Irlandaise, Alisha Lu (15 ans).

Son titre mondial est une grande fierté

"C’est la première fois qu’une ceinture WBC a été mise en jeu pour les – de 16 ans (-55,3 kg). C’est un fait un peu historique. C’est une grande fierté. Il y a plusieurs fédérations en boxe thaï et la WBC est une fédération majeure. Qu’elle ait remporté ce titre, c’était une grande fierté pour elle. C’est l’accomplissement de tout le travail qu’elle a fourni pendant les entraînements et en dehors. Cela fait seulement trois ans qu’elle fait de la compétition."

Lucas Buonopane, qui s'occupe à temps plein du club Team Buonopane (fondé par son père Gino Buonopane en 1989), se réjouit également du développement de son sport en Belgique. La Ligue francophone de boxe thaïlandaise et de kick-boxing a en effet été reconnue comme fédération sportive par l’Adeps en avril 2019.

"C’est un travail de longue haleine. Cela fait 30 ans que les dirigeants de la fédération y travaillent. Cela nous permet à présent d’introduire des dossiers au niveau du ministère des Sports pour reconnaître certains sportifs comme étant des sportifs de haut niveau. Thalya fait ainsi partie des espoirs internationaux. Il y en a 12 ou 13 dans son cas. Cela va permettre à notre sport de grandir encore davantage en Belgique. On a reçu la nouvelle fin janvier", souligne-t-il. "C’est une belle reconnaissance et c’est superbe pour les jeunes qui ont plein de rêves d’être reconnus comme sportifs de haut niveau. Concrètement, ça leur permet par exemple de recevoir des attestations s’ils doivent rater une journée d’école pour participer à un championnat. C’est important et ça tombe à pic pour Thalya notamment." 

La boxe thaï, sport à l'essai pour la première fois aux JO 2024

Pour les JO de Paris, la boxe thaï sera par ailleurs sport à l'essai pour la première fois. Un événement qui est inévitablement dans un coin de la tête de Lucas Buonopane et de son élève Thalya. "On ne va pas mettre la charrue avant les boeufs mais participer à ces JO serait un rêve. Tout ce qui se passe pour l'instant était un peu inespéré. J’ai beaucoup discuté avec Thalya de ses objectifs et à présent, on ne prend plus ça comme un loisir. Sa vie gravite à présent autour de la boxe et plus l’inverse."


 
 
 

Vos commentaires