En ce moment
 

Qu'est devenue Nadya, la femme qui a donné naissance à des octuplés en 2009 ?

Qu'est devenue Nadya, la femme qui a donné naissance à des octuplés en 2009 ?
 
 

Nadya Suleman, l'Américaine surnommée "Octomom" après avoir donné naissance à des octuplés en 2009, a accordé une interview au Daily Mail. La femme aujourd'hui âgée de 42 ans était déjà mère de 6 enfants lorsqu'elle est tombée enceinte de huit bébés suite à sa sixième insémination artificielle. Contre toute attente, les huit bébés avaient survécu. Elle avait fini par regretter cette fécondation in vitro à cause de l'épuisement occasionné. Ces naissances incroyables avaient rendu Nadya célèbre à travers le monde... Mais la notoriété avait très vite laissé place au quotidien difficile. "C'était stupide, immature et égoïste", a confié la quarantenaire au site britannique. 

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.

Celle qui était au chômage depuis plus de six ans a eu beaucoup de mal à gérer cette situation. Elle a plongé dans une déprime suite à la venue au monde de ses bébés. Après la diffusion de son histoire hors du commun, Nadya avait également reçu de nombreuses critiques. Dépassée par la situation, elle s'était mise à boire beaucoup d'alcool qu'elle mélangeait avec des sédatifs pour en finir avec sa vie difficile. "C'était la même combinaison qui a tué Whitney Houston (...) J’étais dans un gouffre financier et devoir élever mes 14 enfants m’a presque poussée à commettre l’irréparable (...) Octomom me dégoûtait", a-t-elle avoué.

Ne parvenant pas à joindre les deux bouts, elle s'était lancée dans le porno après avoir reçu de nombreuses propositions. Elle avait ensuite travaillé dans un club de striptease en Floride. "J’ai fait toutes ces choses parce que j’étais terrorisée à l’idée de ne pas pouvoir assumer mes enfants et leur offrir un bel avenir", a précisé la femme.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.

Mais en 2013, Nadya a  décidé de changer de vie pour ses enfants grâce à une rencontre faite dans le club où elle travaillait. Un homme lui a dit qu'elle n'était pas obligée de faire cela... Il a répété cette phrase cinq fois de suite. L'Américaine a fondu en larmes et a eu envie de vomir. Ce moment a été un véritable déclic.

Désormais elle se fait appeler Natalie, il s'agit de sa façon à elle de tirer un trait sur son passé, sur celle qu'elle était. La maman est devenue consultante pour les toxicomanes et les alcooliques. Elle n'imagine plus son existence sans ses 14 enfants qu'elle aime tant.
Reporters_25485762
Même si ces derniers doivent toujours partager deux chambres à 14 et que Natalie fait encore appel à l'aide alimentaire pour les nourrir chaque mois, la femme apaisée n'a plus peur de l'avenir. "J’ai appris à être reconnaissante pour chaque minute, chaque jour, chaque petit moment, rien de matériel, mais pour le temps passé avec ma famille", a-t-elle réalisé.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.
Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'twitter' pour afficher ce contenu.




 

Vos commentaires