Accueil Sport

Pepe se prend un coup de pied et déclenche une bagarre générale: le match au sommet du Portugal part en cacahuète (vidéo)

Match au sommet dans le championnat du Portugal ce vendredi soir. Le FC Porto, leader, recevait son dauphin, le Sporting. L'enjeu était grand et la tension vive. À tel point que la fin de match a dégénéré.

Les visiteurs ont rapidement pris le dessus sur les locaux grâce à Paulinho (8e) et Nuno Santos (34e), le Sporting mène 0-2 et revient virtuellement à trois points de son adversaire. Mais les Dragons vont réduire le score à peine quatre minutes plus tard via Fabio Vieira (38e). 

Peu après la mi-temps, Sebastian Coates écope d'un deuxième carton jaune, synonyme d'exclusion. En infériorité numérique, le Sporting va tenir jusqu'à la 78e minute de jeu, moment choisi par Mehdi Taremi de mettre les deux équipes à égalité d'un but de la tête. 

La fin de match va se tendre jusqu'à la dernière minute où l'ancien défenseur du Real Madrid Pepe saute pour prendre le ballon de la tête tandis que son opposant lève le pied. Le Portugais s'écroule mais l'arbitre ne bronche pas et siffle la fin de la rencontre quelques secondes plus tard. 

Furieux, le défenseur réclame un penalty et des joueurs de l'autre équipe commencent à se disputer avec lui et les officiels. Très vite, les esprits s'échauffent et les membres des staffs sont obligés d'intervenir pour séparer les joueurs. 

Une pluie de cartons rouges vont s'abattre sur les joueurs les plus violents : les deux protagonistes de la phase litigieuse, Pepe et Joao Palhinha. Quelques secondes plus tard, Bruno Tabata du Sporting a reçu un carton rouge après avoir affronté Otavio de Porto, qui n'a lui-même évité la punition que grâce aux membres de son staff qui l'ont retenu.

Le dernier carton rouge sera attribué à Marchesín, probablement pour son rôle dans la bagarre qui a conduit à son affrontement avec Paulhinha.

Les tensions ont fini par redescendre et les joueurs, ainsi que les membres des staffs, sont retournés dans les vestiaires. Image forte après les scènes de violences, les deux coachs, Sérgio Conceição et Ruben Amorim, se sont pris dans les bras à la fin du match. 

À la une

Sélectionné pour vous