Accueil Actu

Armille victime de l'arnaque du smartphone à 1,5€: "A 72 ans, c'était ma première carte de crédit"

Pensant faire une bonne affaire, ce pensionné a indiqué les données de sa carte de crédit sur un formulaire trouvé dans un email. Mais il s'agissait d'une fausse promotion…

On le constate depuis longtemps: les personnes plus âgées sont des victimes idéales pour les innombrables escrocs qui les contactent si facilement via email, en se procurant d'immenses listes d'adresses sur le marché noir.

Armille en fait partie. "J'ai reçu une pub de Lidl, j'ai hélas mordu dedans et finalement c'est une arnaque", nous a-t-il expliqué après avoir contacté la rédaction de RTL info via le bouton orange Alertez-nous.

Un smartphone à 1,5€

Comme souvent, c'est à l'aide d'une promotion trop belle pour être authentique que les escrocs attirent leur victime.

Armille, retraité de 72 ans d'origine boraine qui vit à Blankenberge, "a l'habitude d'aller sur internet". Malgré tout, et sans doute parce qu'il "ne possède pas de smartphone" et pensait faire une bonne affaire, il s'est attardé sur un email prétendument organisé par Lidl. "La pub était bien faite, on voyait le logo, avec les fruits, etc".

Il s'agissait d'un genre de concours permettant d'acheter un smartphone à bon prix. "J'ai cliqué sur OK et j'ai gagné. Je pouvais acheter un smartphone qui coûte normalement 899€ à seulement 1,5€".

Bien vite, Armille est redirigé vers un formulaire où il encode ses coordonnées. Puis viennent les cases dans lesquelles il doit indiquer le numéro de sa carte de crédit, la date d'expiration et le code de sécurité.

J'ai été repris dans un truc bizarre

"Ma première carte de crédit"

Si Armille a l'habitude d'aller sur internet, il en va tout autrement au niveau des achats en ligne. "J'ai 72 ans et c'était ma première carte de crédit. Une MasterCard". Notre pensionné pensant effectivement s'offrir un smartphone de grande valeur à seulement 1,5€, il indique bel et bien les coordonnées de sa nouvelle carte sur le formulaire.

Peu après, notre témoin "a été repris dans un truc bizarre, comme quoi je pouvais regarder des films, écouter de la musique, etc…". C'était en anglais, or Armille "ne pige rien" à cette langue. Mais il comprend qu'on "lui retirera de l'argent régulièrement".

Il "sent l'arnaque" et appelle son banquier

A son insu, il a donc visiblement été abonné à un service de streaming. A ce moment-là, "j'ai senti l'arnaque, j'ai tout stoppé tout de suite". Armille téléphone immédiatement à son banquier, "sur son GSM". On lui conseille d'appeler Card Stop, la meilleure chose à faire pour désactiver rapidement une carte de crédit.

Il a constaté quelques temps plus tard qu'il avait effectivement été débité de 1,5€ sur sa carte de crédit. "Et pas plus, heureusement".

Mais cette expérience ne lui inspire "rien de bon" car "s'ils font cette arnaque avec des milliers de personnes et que ça marche, on est dans le merdier".

On vous rappelle que concernant les belles promotions en ligne, il faut se méfier. Elles existent, bien entendu, mais il faut toujours se poser les deux questions suivantes: Qui m'envoie réellement l'email (pas le 'nom', mais l'adresse email avec l'arobase, qui doit vous inspirer confiance) ? ; Vers quel site suis-je redirigé (une URL incompréhensible se terminant par des extensions exotiques ou un '.be' à l'air familier) ? De plus, un smartphone à 899€ vendu 1€, c'est forcément une arnaque

À la une

Sélectionné pour vous