Accueil Actu Belgique Politique

Délégation iranienne à Bruxelles: les "excuses" et "regrets" d'Hadja Lahbib laissent planer des doutes

La ministre des Affaires étrangères, Hadja Lahbib, s'est excusée ce lundi pour "son manque de clarté" dans l'affaire des visas iraniens. Des propos qui ne semblent pas avoir restauré la confiance des députés. 

La confiance n'est toujours pas restaurée, aux yeux des socialistes francophones et des écologistes malgré quatre heures de débat en commission des Relations extérieures de la Chambre sur la venue d'une délégation iranienne à Bruxelles à la m-juin.

La ministre des Affaires étrangères, Hadja Lahbib s'est expliquée ce lundi pour la troisième fois au parlement sur ce sujet qui a plongé la Vivaldi dans la crise. Elle a présenté des excuses sur certains points de communication et exprimé des regrets sur d'autres, en reconnaissant des imprécisions, mais a nié avoir menti comme l'affirment l'opposition mais aussi une partie de la majorité.  

La fin de la saga ce jeudi ? 

Jeudi, la Chambre doit se prononcer en séance plénière sur les motions de méfiance déposées par la N-VA et le Vlaams Belang. Leur rejet signifierait la fin de la saga qui a commencé le 15 juin. Les jours qui viennent s'annoncent donc périlleux. Le chef de groupe CD&V a appelé les partenaires de majorité à exprimer clairement leurs intentions. "Dans 48 heures, nous voterons ces motions. Il faut maintenant faire la clarté. Il y a aujourd'hui beaucoup de dossiers sur la planche qui prennent du retard, ce que ne mérite pas le pays. Dans les 48 heures qui viennent, il faudra faire la clarté", a lancé Servais Verherstraeten.  

Ce soir, je ne peux pas me montrer satisfait

"A ce stade, nous n'avons pas reçu les garanties nécessaires pour restaurer la pleine et entière confiance. Il faut maintenant prendre du recul. Ce soir, je ne peux pas me montrer satisfait", a averti le député Samuel Cogolati (Ecolo-Groen). Le PS s'est montré très dur durant le débat et a accusé la ministre d'avoir menti devant le parlement. Il a pris acte des excuses de la ministre mais se dit toujours "perplexe" car à ses yeux des zones d'ombre subsistent.

"Dans les jours qui viennent, nous examinerons votre responsabilité et votre transparence", a expliqué Malik Ben Achour. "Ce gouvernement doit pouvoir travailler dans la sérénité mais votre intervention dans ce dossier et vos réponses à nos questions légitimes ne sont pas de nature à ramener la sérénité".  

La réaction de Sophie Wilmès

Il y a un an, Mme Lahbib succédait à Sophie Wilmès à la tête de la diplomatie belge. L'ex-Première ministre, discrète jusqu'à présent dans le débat public, s'est exprimée mercredi et a pris la défense de sa coreligionnaire. "A chaque fois, vous avez démontré la même volonté de transparence et de respect du travail parlementaire. J'ai entendu parler de mensonges alors qu'il suffit d'entendre vos explications pour avoir la conviction que ce n'est pas le cas", a-t-elle souligné en confiant son incompréhension devant les déclarations de "certains collègues". "On verra ce que les prochains jours apporteront de constructif".  

A l'issue de la séance, Mme Lahbib s'est dirigée vers sa collègue et l'a chaleureusement remerciée.

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

5 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • D'accord avec Alain Schmit. Elle a été exemplaire avec la libération d'Olivier VANDECASTELLE, un innocent qu'elle a sauvé de la peine de mort. Les socialistes devraient balayer devant leur porte. Colette FLORENT

  • Il faudrait un peu voir toutes les casseroles que trainent les socialistes et les écolos et où personne n'a jamais démissionnés,c'est facile de mettre tout sur le dos d'une personne alors que les députés ne foutent rien comme boulot

    Alain Schmit
     Répondre
  • Elle c’est montrée très efficace dans beaucoup de dossiers, donc elle fait de l’ombre à certains, donc il faut vite la stopper.

    Roland V
     Répondre
  • Ca devient du harcèlement, surtout venant du PS, champion de la magouille, et d'Ecolo, champion de l'incompétence !

    J B
     Répondre
  • La prochaine fois, dans ce genre d'organisation, le gouvernement invitera les chefs de la Ndrangheta et de la Camorra. Après tout, la mafia est un système de gouvernement comme un autre, actif dans bien des grandes villes.

    Jean Valjean
     Répondre