Accueil Actu Belgique Politique

La plateforme "ExtrasCool" se mobilise pour la reconnaissance de l'accueil extrascolaire

La plateforme "ExtrasCool", qui rassemble animatrices et accueillantes extrascolaires, fédérations, syndicats et représentants des familles, se mobilisera pour la reconnaissance de l'accueil extrascolaire non-marchand (AES) le 24 janvier, annonce-t-elle lundi dans un communiqué.

Calquée sur la journée internationale de l'Éducation, la troisième édition de la journée de l'Accueil ExtrasCool mettra en avant, auprès du grand public et du monde politique, le travail éducatif réalisé chaque jour par les animatrices et les accueillantes, dans les quelque 2.400 structures que compte la Fédération Wallonie-Bruxelles.

"Bien au-delà des clichés habituels de la 'garderie' ou de la 'simple surveillance', l'AES est un lieu d'éducation privilégié pour les enfants, entre épanouissement, créativité et socialisation", souligne la plateforme.

"Malheureusement, ce secteur demeure largement invisible et peu reconnu : contrats précaires, subsides insuffisants mais aussi familles peu informées, terminologie mal utilisée… Cette situation ne rend pas justice aux structures et aux personnes qui œuvrent quotidiennement à offrir un accueil de qualité, mission d'utilité publique", ajoute-t-elle.

L'accueil ExtrasCool sera donc mis en lumière le 24 janvier, par le biais de badges, d'affiches de sensibilisation ou encore d'animations pour les enfants ou de goûters conviviaux. Les parents peuvent également participer à l'élaboration d'un livre d'or en partageant leurs témoignages relatifs à l'AES par mail (info@extrascool.be) ou via la page Facebook "Plateforme ExtrasCool".

La plateforme ExtrasCool œuvre pour que l'accueil extrascolaire soit un droit effectif pour chaque enfant et soit considéré comme ce qu'il est : "un lieu de vie éducatif de l'enfant favorisant son épanouissement et son bien-être, relevant de l'éducation non formelle".

Elle demande notamment que ce secteur bénéficie d'une reconnaissance du monde politique "à la hauteur des fonctions sociales, éducatives, économiques… qu'il remplit auprès des familles et des enfants" et bénéficie de statuts valorisant le métier des accueillantes et animatrices, contribuant ainsi à l'amélioration globale des droits des femmes.

À la une

Sélectionné pour vous