Le CEB à la fin de la 6ème primaire jugé "trop simple"? Le MR veut relever le minimum pour réussir à 60 ou 70 %

Diana Nikolic, cheffe de groupe MR au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles était l'invitée d'Antonio Solimando. Elle est notamment revenue sur le CEB, le certificat d’études de base, jugé "trop simple" par certains.

La députée du parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles rappelle que le CEB permet de s’assurer, au sortir des études primaires, que les élèves maîtrisent tous les savoirs de base : lire, écrire et compter. "Ce que l’on constate actuellement, c’est 90 % des élèves réussissent le CEB mais arrivés en secondaires, rapidement il y a des problèmes. Et à la fin de la deuxième secondaire, lors d’une épreuve importante, le CE1D, là on est à 50 % de réussites et donc 50 % d’échecs", note-t-elle. 

Diana Nikolic estime qu’il y a plusieurs facteurs qui expliquent ce taux de réussite en baisse mais le MR plaide pour que le niveau de réussite du CEB soit relevé à 60, 70 % : "Quand vous êtes à 51 %, vous n’êtes pas très loin de celui qui est à 49 % et qui est en échec".

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

4 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Ce n'est pas le nombre de points qui doit être revu mais la difficulté. L'obligation d'obtenir 60% à un examen hyper simple n'est pas plus efficace que d'obtenir 50% à un examen plus compliqué !

    Maxime Brunet
     Répondre
  • Il est temps de relever le niveau scolaire. Quand mon garçon était en primaires, c'est incroyable les fautes qu'on laissait passer (deux sujets et il met le verbe au singulier, des pluriels, etc... même des fautes dans des correctifs !). Je vois qu'en première secondaire, il y a également des fautes qu'on laisse passer (souvent des fautes d'accord).

    Annick Paquet
     Répondre
  • Excellente idée. L'école est devenue une mascarade. Il n'est qu'à voir le nombre d'analphabètes qui s'expriment sur les réseaux sociaux... Il serait temps de les bloquer à l'école primaire.

    Jean-François Jacob
     Répondre
  • il était temps !!!!!!

    Philippe Bouqué
     Répondre