Accueil Actu Belgique Société

"C'est très encourageant": le nombre de cambriolages a diminué de moitié ces dernières années, voici pourquoi

C'est un constat des statistiques de la police fédérale : les cambriolages sont en baisse depuis 2019. Pour la période 2022-2023, le recul est de 50% en moyenne.

Ce constat a été relevé dans pas mal de zones de police, notamment en province de Namur : "C'est assez significatif", confirme Jean-Michel Tubetti, chef de corps de la zone de police des Arches. "Par exemple, sur Andenne, si j'avais 143 tentatives de vol, on est plus qu'à une quarantaine. À Fernelmont, c'est la même chose, on a divisé par trois le nombre de vols dans les habitations. On voit vraiment une grande différence par rapport aux différentes communes de la zone. Cette tendance est constatée sur l'ensemble de la zone de police", se réjouit le policier.

"C'est très encourageant et une source de motivation également pour nos collègues qui patrouillent jour et nuit", commente-t-il.

Comment expliquer cette évolution ? "Selon nous, c'est lié à la crise Covid qui a fait que beaucoup de personnes travaillent à domicile. Le télétravail est devenu une habitude pour beaucoup de personnes. La journée, les vols ont fortement diminué", explique Jean-Michel Tubetti "On est aussi de mieux en mieux équipés en matière de caméra de surveillance dans les habitations", ajoute-t-il.

De plus, la multiplication des partenariats locaux de prévention (PLP) dans les communes a découragé les malfaiteurs : "On voit vraiment les citoyens qui prennent en charge la surveillance, l'attention aux agissements suspects dans leur quartier", précise le chef de corps. En cas de comportement suspect, ils préviennent la police. C'est un relais efficace pour renforcer le sentiment de sécurité dans les quartiers.

On est toujours aussi confrontés à des vagues

Si les statistiques sont plutôt rassurantes, elles ne reflètent pas nécessairement le vécu de chacun. "On est toujours aussi confrontés à des vagues, des épidémies de vols. On peut avoir, en une fois, 5 ou 6 vols en une soirée, en une seule rue. Là, c'est difficile à combattre", nuance Jean-Michel Tubetti.

Dans la zone SECOVA, près de Liège, la diminution est moins marquée, avec -25%. Il y a une marge d'incertitude : "On part du principe que des gens qui ne seraient éventuellement pas assurés contre le vol ne trouveraient pas d'intérêt à venir déposer plainte auprès des services de police. Donc, il y a probablement un chiffre noir, mais qui est difficile à évaluer", estime Vincent Braye, chef de corps.

Les cambriolages restent, pour les auteurs, une activité dangereuse. Les statistiques montrent un glissement vers une criminalité moins risquée, comme les arnaques par téléphone ou sur Internet.

À lire aussi

Sélectionné pour vous

Commentaires

2 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Maintenant, on ne se fait plus cambrioler : on se fait agresser en rue, ce qui n'est pas mieux !

    roger rabbit
     Répondre
  • Pourquoi ? parce que simplement la délinquance s'est tournée vers une manière d'agir plus efficace et moins risquée : les attaques en rue et le braquage des magasins. Moins de risque d'être pris, des gains plus conséquents et ne nécessitant pas de passer par des reventes ou des receleurs.

    roger rabbit
     Répondre