Accueil Actu

Célébrations religieuses et laïques en temps de coronavirus: le nombre de participants passe de 4 à 15 (vidéo)

A partir de dimanche, l'exercice collectif du culte pourra à nouveau avoir lieu en présence de 15 personnes. Le ministre fédéral de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) et les représentants des cultes reconnus ont élaboré une proposition en ce sens, mercredi.

Après près de 2h de concertation entre le ministre Vincent Van Quickenborne et les représentants des cultes reconnus, un compromis entre la liberté de culte et la sécurité sanitaire a été trouvé. "On a décidé de permettre une personne par 10 m² avec un maximum de quinze personnes dans un lieu de prière pour tous les cultes et la laïcité, décrit le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Openvld). C'est d'application à partir de dimanche, car il faut encore adapter l'arrêté ministériel".

Un accord dont se réjouit le représentant du culte catholique à quelques jours de Noël. "On a obtenu quelque chose et en ces temps de Noël, on parle de nouveau des croyants et des chrétiens, considère Johan Bony, évêque d'Anvers. Car on avait l'impression d'avoir été oubliés".


La demande d'assouplissement émane de la communauté religieuse juive

La communauté juive se félicite tout autant. La règle sanitaire limitant le nombre de personnes autorisées dans un lieu de culte à quatre, était jugée trop contraignante. "La tradition juive exige un quorum de dix personnes, décrit Albert Guigui, grand rabbin de Bruxelles. Donc, si j'ai ce quorum-là, je peux faire toutes les célébrations religieuses: un mariage, un office, … Il n'y a pas d'obligation d'avoir 100 personnes".

Cette décision d’assouplissement fait suite au recours introduit par la communauté juive d’Anvers, auprès du Conseil d’État, qui lui a donné gain de cause. Argument invoqué : l’absence d’alternatives proposées par le gouvernement fédéral. "Le Conseil d’Etat ordonne que l’État belge modifie ce régime, à tout le moins provisoirement, de sorte qu’une restriction éventuelle de l’exercice collectif du culte ne soit plus disproportionnée", indique le Conseil d'Etat dans un communiqué écrit.

Cette nouvelle mesure sera d’application jusqu’au 15 janvier. "J'espère que la situation permettra en janvier d'avoir un vrai assouplissement grâce à une amélioration de la situation sanitaire, indique Philippe Markiewicz, président du consistoire israélite de Belgique. Car la priorité des priorités reste la santé de tous".

A ce jour, la Belgique est le seul pays d'Europe à avoir interdit les célébrations cultuelles durant cette crise sanitaire.

À la une

Sélectionné pour vous