Accueil Actu

Conséquence du temps pluvieux: les nappes phréatiques se remplissent enfin

Il a beaucoup plu ces derniers mois en Belgique. Après plusieurs étés de sécheresse, les nappes phréatiques semblent progressivement se remplir, comblant le déficit.

La Belgique a été particulièrement arrosée en 2021 : 1038 millimètres ont été enregistrés dans la station de référence, à Uccle. Ce sont 200 millimètres de plus que la moyenne. En janvier, trois zones du sud-est du pays ont été tout particulièrement touchées.

Ces précipitations importantes ont un effet sur les nappes phréatiques souterraines. Celles-ci se remplissent progressivement, alors que ces dernières années avaient été plus sèches : "Les nappes ne sont pas encore pleines puisque la recharge débute généralement aux environs du mois de novembre-décembre, et jusqu'au mois de mars, donc on est en cours" explique l'hydrogéologue au Service Public de Wallonie, Olivier Tromme.

Selon les études d'Olivier Tromme, "l'année 2017 est particulière, dans le sens où on n'a pas eu de recharge hivernale importante". Depuis, les nappes ne sont jamais réellement revenues à leur niveau normal, mais grâce aux pluies de cet été, c'est en bonne voie. Une évolution dont l'hydrogéologue se réjouit : "on entame la recharge hivernale avec un niveau de nappes qui est plus élevé et donc effectivement, c'est tout bénéfice".

La hausse du niveau des nappes phréatiques est une bonne nouvelle, mais encore faut-il que cette tendance se prolonge : "tout dépend évidemment de l'avenir, de la poursuite de cette recharge hivernale ci et des prochains étés qu'on va connaître". En effet, des nappes phréatiques bien remplies ne mettront pas la Belgique à l'abris de futures sécheresses lors des étés à venir.

À la une

Sélectionné pour vous