Accueil Actu

Coronavirus - BILAN MONDIAL: le rythme des décès s'accélère à nouveau en France

La pandémie de nouveau coronavirus a fait au moins 208.973 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles lundi à 21H00.

Plus de 2.997.540 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 193 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Ce nombre de cas diagnostiqués ne reflète toutefois qu'une fraction du nombre réel de contaminations, un grand nombre de pays ne testant que les cas nécessitant une prise en charge hospitalière. Parmi ces cas, au moins 818.700 sont aujourd'hui considérés comme guéris. Depuis le comptage réalisé la veille à 21h00, 4.277 nouveaux décès et 67.952 nouveaux cas ont été recensés dans le monde.

Les pays qui ont enregistré le plus de nouveaux décès sont les États-Unis avec 1.388 nouveaux morts, la France (437) et le Royaume-Uni (360).

>EN EUROPE

En France

L'épidémie de coronavirus a fait 437 morts en France au cours des dernières 24 heures dont 295 dans les hôpitaux, portant le total des décès à 23.293 depuis début mars, selon le bilan établi lundi par la Direction générale de la santé. L'épidémie a tué 14.497 personnes dans les hôpitaux et 8.796 (+142) dans les établissements sociaux et médico-sociaux, témoignant d'une nouvelle accélération du nombre des décès après plusieurs jours de ralentissement, selon le communiqué de la DGS.

En Italie

Plus de 150 médecins (151) sont morts de l'épidémie de Covid-19 en Italie entre le 11 mars et le 26 avril, a annoncé lundi la Fédération nationale des ordres de chirurgiens (FNOMCEO) sur son site. L'Italie a enregistré 26.977 décès, soit 333 de plus en 24 heures, pour un total de 199.414 cas. Ce chiffre de personnes décédées représente un léger rebond par rapport à la veille, quand il y avait eu 260 morts supplémentaires.

Au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a enregistré 360 décès supplémentaires dus au nouveau coronavirus en 24 heures dans les hôpitaux, soit le plus faible bilan depuis mars, a indiqué lundi le ministre de la Santé Matt Hancock. Au total, le Covid-19 a tué 21.092 patients au Royaume-Uni, selon ce bilan qui ne compte pas les maisons de retraite. Le nombre de cas officiellement confirmés atteint désormais 157.149 personnes dans le pays (+4.310), l'un des plus touchés par la pandémie de Covid-19 en Europe, a précisé Matt Hancock lors d'une conférence de presse.

En Espagne

L'Espagne a recensé lundi 331 morts du coronavirus en 24 heures, en léger rebond, et le gouvernement a appelé à respecter les règles des sorties d'enfants autorisées depuis dimanche, pour éviter un regain de contagion. Ce bilan quotidien porte à 23.521 le nombre total des victimes. Il succède aux 288 morts enregistrés dimanche, chiffre le plus bas depuis le 20 mars, dans le troisième pays le plus endeuillé par la maladie qui a commencé à assouplir son confinement dimanche en autorisant les enfants à sortir, dans des conditions pas toujours respectées.

Aux Pays-Bas

Le nombre officiel de personnes décédées du coronavirus aux Pays-Bas était lundi de 4.518, selon l'Institut royal de santé publique et d'environnement (RIVM), soit 43 de plus que la veille. Il s'agit de la hausse la plus faible depuis le 23 mars, lorsqu'on avait enregistré 34 nouveaux décès.

En Suisse

Les Suisses pourront quant à eux retourner chez le coiffeur, avec la réouverture de certains commerces lundi.

Sous réserve de respecter les mesures-barrières, ce sont d'abord les coiffeurs, physiothérapeutes, médecins, salons de massage, fleuristes, jardineries, ainsi que les crèches qui reprendront leurs activités.

En Italie

L'Italie aussi doit détailler en début de semaine les mesures qu'elle envisage à compter du 4 mai. Les écoles resteront cependant fermées jusqu'en septembre.

L'Italie va mettre en place des programmes de tests sérologiques, avec une campagne sur 150.000 personnes, même si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a douché les espoirs de ceux qui misent sur une éventuelle immunité des personnes ayant été confrontées au coronavirus pour faciliter le déconfinement, via la délivrance de "passeports immunitaires".

En Russie

La Russie a confirmé quelque 87.000 contaminations au nouveau coronavirus, soit davantage que la Chine, apprend-on lundi. Les experts estiment toutefois que le nombre de cas devrait être plus élevé qu'annoncé officiellement, tant en Russie qu'en Chine.

L'armée russe compte 900 cas, dont quatre très grave, a-t-elle indiqué dimanche.   La Russie s'attend à une stabilisation de l'épidémie dans trois semaines, a déclaré le porte-parole du président russe Vladimir Poutine dans une interview publiée lundi. "D'ici mi-mai, nous devrions avoir atteint un plateau", a-t-il espéré. "En juin, il devrait y avoir une amélioration."   La Russie fait désormais partie des dix pays les plus touchés au monde par la pandémie. Le nombre de décès y reste toutefois limité, avec un bilan officiel fixé à 800.   La plupart des régions russes ont instauré des mesures de confinement.       

>EN AMÉRIQUE

Aux Etats-Unis

Le président Donald Trump n'a pas donné dimanche son habituel briefing coronavirus, après les sarcasmes suscités par ses recommandations ("ironiques", a-t-il assuré après coup) sur l'injection de désinfectant dans le corps des patients.

Il s'est contenté de lancer ses habituelles piques contre la presse via Twitter, assurant que les rumeurs du limogeage du secrétaire à la Santé, Alex Azar, n'étaient que "fake news".

Les médias "désespèrent de créer une impression de chaos", a-t-il twitté.

Aux Etats-Unis aussi, la reprise des activités se prépare, comme dans l'Etat de New York, où certaines activités manufacturières et des chantiers pourraient reprendre après le 15 mai.

Pour survivre, les "food trucks" vont d'ores et déjà chercher les clients là où ils sont confinés en télétravail.

"On aime bien cuisiner, mais la diversité des restaurants de la ville nous manque, alors on se fait une petite folie", témoigne Elise Blake, une professeure de musique de 37 ans, descendue chercher sa commande au "Dirty South Deli" (DSD), qui est venu se garer dans sa rue de Brookland, quartier résidentiel du nord-est de la capitale américaine.

Pour son compagnon, David Murray, musicien, confiné depuis la mi-mars, descendre au food-truck c'est aussi une façon d'"aider les petites entreprises" à surmonter la crise.

>EN AMÉRIQUE DU SUD

Au Pérou

Un retour vers une certaine normalité qui n'est pas du goût de tout le monde: au Pérou, le président Martin Vizcarra s'est offusqué dimanche des queues de consommateurs ne respectant pas les distances de sécurité pour acheter... de la bière.

"On aurait dit que c'était une samedi de fête", a-t-il déploré, commentant une vidéo ayant circulé sur les réseaux sociaux. "On n'a pas encore réellement conscience de l'ampleur du problème", a-t-il ajouté. Au Pérou, qui comptait dimanche 728 morts, le confinement doit durer jusqu'au 10 mai, avec couvre-feu nocturne et fermeture des frontières.

Au Brésil

Et au Brésil, le chef Raoni, figure emblématique de la lutte contre la déforestation en Amazonie, a lancé dimanche un appel aux dons, afin d'aider les populations indigènes, particulièrement vulnérables aux virus importés comme le Covid-19.

>EN ASIE

En Chine

La Chine (sans les territoires de Hong Kong et Macao), où l'épidémie a débuté en décembre, a officiellement dénombré au total 82.830 cas (3 nouveaux entre dimanche et lundi), dont 4.633 décès (1 nouveau), et 77.474 guérisons.

Masques et contrôles de température: collégiens et lycéens chinois ont fait une rentrée ultra-sécurisée lundi dans les métropoles de Pékin et Shanghai, après près de quatre mois de grandes vacances pour cause d'épidémie. La Chine, premier pays touché par le Covid-19, a fermé toutes ses écoles fin janvier juste avant le Nouvel an lunaire et les cours étaient depuis dispensés en ligne. Les provinces peu peuplées du Qinghai (nord-ouest) et du Guizhou (sud-ouest) ont été les premières en mars à progressivement organiser leur rentrée. À Pékin, seuls les lycéens de dernière année ont été autorisés lundi à revenir en classe pour préparer le "gaokao", l'examen d'entrée à l'université, le plus important de la scolarité des Chinois. À Shanghai, les élèves de dernière année de collège ont aussi repris la classe. Si la Chine a largement jugulé la propagation du virus, qui a officiellement fait 4.633 morts sur son sol, le pays redoute à présent une seconde vague de contaminations avec des cas dits "importés", en majorité des Chinois de retour au pays.

Au Pakistan

Le monde musulman est quant à lui entré lundi dans son quatrième jour de jeûne du ramadan sans prières collectives ni repas partagés : les portes des mosquées restent closes et les rassemblements familiaux sont interdits.

Mais la crainte demeure que des violations des mesures prises ne favorisent un nouvel essor de la pandémie, notamment au Pakistan, où des fidèles se sont rués dans les mosquées malgré les recommandations sanitaires.

> CORONAVIRUS: CARTE MONDIALE (actualisée en temps réel)

>AU MOYEN ORIENT

En Arabie Saoudite

L'Arabie saoudite a de son côté partiellement assoupli dimanche son couvre-feu total. A l'exception notamment de la ville sainte de La Mecque.

Au Liban

Au Liban, des manifestants ont bravé le couvre-feu mis en place contre la pandémie et coupé tard dimanche soir des routes à travers le pays pour dénoncer la détérioration de la situation économique.

>EN OCÉANIE

En Nouvelle-Zélande

1.122 cas de nouveau coronavirus ont été enregistrés dans cet archipel qui déplore 19 décès. Au cours des 24 dernières heures, seul un seul nouveau cas de maladie Covid-19 a été recensé dans ce pays de cinq millions d'habitants.

La Première ministre Jacinda Ardern a affirmé lundi que la Nouvelle-Zélande avait remporté une victoire importante face au nouveau coronavirus au moment où son pays entreprend la levée de certaines restrictions.

> CORONAVIRUS en Belgique: toutes les infos

> CORONAVIRUS: RTL INFO répond à vos questions

À la une

Sélectionné pour vous