Accueil Actu

Distance sociale et masques dans les écoles: des mesures qui vont traumatiser les enfants? Une psychologue répond

Ce vendredi, une nouvelle réunion est attendue au Conseil national de sécurité. Des mesures concernant les écoles devraient notamment être annoncées. Comment les enfants pourraient réagir à une prise des cours dans ces circonstances particulières ? Ce matin, Charlotte Mauchien, psychologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc, était invitée sur Bel RTL pour en parler.

Si les écoles rouvrent leurs portes, il pourrait être demandé aux enfants de respecter les distances sociales et de porter un masque. Est-ce faisable ? Charlotte Mauchien, psychologue aux Cliniques universitaires Saint-Luc, répond: "C'est vraiment compliqué de prendre une position par rapport à ça. Je pense que si ces mesures sont intégrées dans des rituels qui font partie de l'école, qui deviendront de nouveaux rituels, comme se désinfecter les mains quand on arrive, se laver les mains régulièrement, garder une certaine distance qui serait imposée par des bancs plus éloignés… Les enfants peuvent tout à fait bien l'intégrer et relativement vite. Par contre, ça resterait très questionnant pour les moments plus informels comme dans la cour de récréation. C'est très difficile d'imaginer que des enfants puissent respecter une distanciation sociale de manière tout à fait autonome sans qu'un professeur soit là en permanence pour leur rappeler qu'ils doivent le faire".

> CORONAVIRUS en Belgique: les dernières infos

Un traumatisme ?

À partir de quel âge les enfants peuvent-ils comprendre ces mesures ? "On peut imaginer qu'on peut commencer à les intégrer vers 4/5 ans. Il est difficile pour un enfant de se représenter quelque chose qu'on ne voit pas. Tant qu'il n'a pas intégré certaines notions du symbolisme, c'est compliqué. Ça reste quelque chose qu'on doit essayer d'imaginer, avec des images, pour qu'il puisse vraiment intégrer ces notions. Pour les maintenir dans le temps et que ça reste en permanence dans l'esprit, il faut attendre au moins 7/8 ans pour que, même à travers le jeu, on n'oublie pas des choses qui nous sont demandées pour, par exemple, éviter la propagation du virus."

Mais renvoyer les enfants à l'école dans ces conditions ne va-t-il pas les traumatiser, notamment par le fait de voir leur professeur masqué ? "Je ne pense pas que ça va les traumatiser dans la mesure où on les prépare. Si les enfants savent à quoi s'attendre quand ils retourneront à l'école, qu'on leur explique qu'il y aura de nouvelles règles, qu'on leur explique que leurs professeurs seront masqués, s'ils sont préparés, ça ne va pas les traumatiser."

"Il est toujours conseillé d'en parler"

Les parents ont donc aussi un rôle à jouer. La psychologue leur conseille de parler de la situation à leurs enfants. "Il est toujours conseillé d'en parler. Il est souvent conseillé aussi de partir de ce que les enfants amènent, ce qu'ils ont entendu, les questions qu'ils se posent et de rebondir sur ce qu'ils savent déjà." Selon elle, il n'y a pas de mots à éviter, "tant qu'on s'adapte au niveau de l'enfant et à ce qu'il peut comprendre".

Le danger est que les parents transmettent leurs craintes à leurs enfants. "C'est toujours un danger, au même titre que les enseignants pourraient transmettre leurs peurs aux enfants. Chacun fait du mieux qu'il peut. C'est important de pouvoir dire aussi que les parents sont inquiets, qu'ils n'ont pas réponse à toutes les questions et qu'il y a des choses qui restent de l'ordre de l'incertitude."

Enfin, la psychologue a donné son avis sur la mesure décidée en France d'envoyer les enfants à l'école sur base volontaire. "Je ne dirais pas que c'est une bonne solution. Ça fait peser beaucoup de responsabilités sur les épaules des parents. Ils doivent décider en leur âme et conscience de la meilleure décision à prendre pour leur enfant et ça me semble compliqué."

> CORONAVIRUS: la carte mondiale de la propagation

À la une

Sélectionné pour vous