Accueil Actu Monde Europe

Italie: Airbnb va payer 576 millions d'euros dans un contentieux avec le fisc

Airbnb va payer 576 millions d'euros pour régler un contentieux avec le fisc italien portant sur les années 2017-2021, a annoncé mercredi la plateforme de location en ligne dans un communiqué.

Les autorités italiennes avaient ordonné en novembre la saisie de 779 millions d'euros à Airbnb dans le cadre d'une enquête pour évasion fiscale, la plateforme se voyant accusée de ne pas avoir collecté une taxe de 21% sur les revenus locatifs perçus par les propriétaires entre 2017 à 2021.

"Nous ne chercherons pas à récupérer une partie de cette somme auprès de nos propriétaires. Nous poursuivons notre engagement constructif avec les autorités italiennes pour 2022 et 2023. L'Italie est un marché important pour Airbnb", assure la plateforme dans son communiqué.

Selon Airbnb, "des milliers de propriétaires" sont présents sur la plateforme en Italie avec un revenu moyen annuel d'environ 3.500 euros en 2022.

"La grande majorité des propriétaires sur Airbnb en Italie sont des familles ordinaires qui utilisent la plateforme pour obtenir un revenu supplémentaire" qui aide "près des deux tiers" de ces personnes "à joindre les deux bouts", précise le communiqué.

Fin octobre, le gouvernement italien avait affirmé son intention de renforcer la lutte contre les locations de courte durée qui échappent au fisc et d'augmenter la taxation des propriétaires qui proposent plus d'un appartement sur des plateformes comme Airbnb.

Un amendement au projet de budget 2024 prévoit la création d'un "code d'identification national" associé aux logements touristiques qui permettra de traquer ceux qui n'ont pas été déclarés au fisc, avait alors expliqué le vice-président du Conseil Antonio Tajani.

"Ainsi, il y aura de la transparence et tout le système sera régularisé", avait-il fait valoir, ajoutant que cette mesure budgétaire "permettra également d'augmenter les recettes de l'Etat" et contribuera à la "réduction de la charge fiscale" des familles.

Quant à l'augmentation prévue du taux d'imposition, "elle ne sera appliquée qu'à partir du deuxième appartement loué par chaque propriétaire, donc ce ne sera pas pour tout le monde", a-t-il assuré.

Les propriétaires d'appartements en location de courte durée peuvent actuellement opter pour un taux forfaitaire de 21%. Ce taux montera à 26% pour d'autres appartements loués pour une durée de moins de 30 jours.

Le projet de budget "dans sa forme actuelle, clarifie la manière dont les plateformes telles qu'Airbnb devraient désormais retenir l'impôt sur le revenu pour les propriétaires non professionnels en Italie", souligne Airbnb dans son communiqué

"Nous saluons la clarté offerte par cette mise à jour prévue de la loi italienne et nous nous préparons à nous y conformer en introduisant de nouveaux outils permettant aux propriétaires concernés de voir leurs impôts retenus automatiquement par Airbnb et payés directement au fisc italien en leur nom", conclut la plateforme.

Les plateformes de locations de courte durée sont régulièrement accusées de "concurrence déloyale" par les professionnels de l'hôtellerie et de contribuer au renchérissement des loyers et à la pénurie de logements abordables pour les résidents des villes touristiques.

À la une

Sélectionné pour vous