Accueil Actu Monde Europe

Portugal: deux morts dans une attaque contre un centre musulman chiite à Lisbonne

Un homme armé d'un couteau a tué deux femmes et grièvement blessé une troisième personne avant d'être neutralisé par la police portugaise à Lisbonne au cours d'une attaque contre le siège mondial des Ismaéliens, une communauté musulmane chiite dirigée par l'Aga Khan.

Selon les éléments fournis par les autorités et des représentants de la communauté ismaélienne, cette agression meurtrière serait un "acte isolé" commis par un réfugié afghan dont les motivations restent à éclaircir.

L'attaque a eu lieu vers 11H00 locales (10H00 GMT) quand "un homme armé d'un objet tranchant" s'est introduit dans les locaux du centre ismaélien de Lisbonne et a "attaqué trois personnes (...) atteignant mortellement deux d'entre elles et en blessant une troisième", a indiqué le président du Conseil national de la communauté musulmane ismaélienne, Rahim Firozali.

"La communauté musulmane ismaélienne, connue pour ses principes d’humanité, de paix et d'entraide, est en deuil et choquée par ces événements tragiques", a réagi Faizal Ali, l'un des responsables de la communauté, dans une brève déclaration aux journalistes en début de soirée.

"Nous collaborons avec les autorités" pour faire toute la lumière sur ces événements, a-t-il ajouté.

La police portugaise avait d'abord fait état de "plusieurs blessés", mais le ministre de l'Intérieur, José Luis Carneiro, a ensuite précisé que l'assaillant avait tué deux personnes et qu'un homme avait été "grièvement blessé". Il s'agit d'un professeur, qui a pu donner l'alerte ensuite, selon Faizal Ali.

"Tout porte à penser qu'il s'agit d'un acte isolé", a affirmé M. Carneiro devant les médias, en précisant que l'auteur présumé était un réfugié qui avait perdu son épouse "dans des circonstances difficiles" dans un camp d'exilés en Grèce. Il n'a pas fourni de détails sur ces circonstances.

"Il ne faisait l'objet d'aucun signalement" de la part des forces de sécurité et semblait mener "une vie assez tranquille" au Portugal avec ses trois enfants âgés de 4 à 9 ans, a ajouté le ministre.

- "Vivant et en détention" -

La police a neutralisé l'attaquant, qui était muni d'un "couteau de grande taille", en usant d'une arme à feu. Le suspect a ensuite été admis dans un hôpital de la capitale portugaise. Il est "vivant et en détention", a indiqué la police.

Visée par l'attaque, la communauté des musulmans chiites ismaéliens a établi son siège mondial à Lisbonne et son chef spirituel, l'Aga Khan, a obtenu la nationalité portugaise en 2019.

Les Ismaéliens, un courant minoritaire de l'islam chiite, forment une communauté de 12 à 15 millions de personnes réparties dans une trentaine de pays. Ils comptent environ 8.000 membres au Portugal.

Au cours des dernières années, les attaques se sont multipliées, notamment au Pakistan, contre des Ismaéliens, accusés par les extrémistes sunnites d'incarner un courant "déviant" par rapport à l'orthodoxie musulmane.

- "Motivations personnelles" -

"J'exprime ma solidarité et mes condoléances envers les victimes et la communauté ismaélienne", a réagi le Premier ministre portugais Antonio Costa devant la presse, en évoquant lui aussi l'hypothèse d'un "acte isolé" plutôt que celle d'une attaque terroriste.

Selon le président de l'association de la communauté afghane au Portugal, Omed Taeri, l'assaillant présumé est un réfugié qui "souffre de problèmes psychologiques" après avoir "perdu son épouse en Grèce".

Il serait arrivé au Portugal il y a un peu plus d'un an et s'inquiétait pour le sort de ses trois enfants, a-t-il affirmé dans un entretien à la chaîne d'information CNN Portugal.

D'après les médias locaux, l'agresseur suivait des cours au centre ismaélien et les victimes, deux femmes de nationalité portugaise, employées du centre ismaélien de Lisbonne, seraient âgées d'une quarantaine et d'une vingtaine d'années.

"Tout indique qu'il s'agit d'une attaque pour motivations personnelles (...) néanmoins, rien ne justifie un acte criminel comme celui-ci", a déclaré à la presse le président de la République portugaise Marcelo Rebelo de Sousa après s'être rendu au Centre ismaélien.

L'Aga Khan avait décidé d'installer le siège de sa communauté au Portugal après un accord signé en juin 2015 avec l'Etat portugais prévoyant des avantages fiscaux et des privilèges diplomatiques, en échange notamment d'investissements dans les domaines de la recherche scientifique et du développement.

À la une

Sélectionné pour vous