Accueil Actu Monde International

Frans Timmermans compte défendre la démocratie et refuse une coalition avec Geert Wilders

Le Néerlandais Frans Timmermans, tête de liste de l'alliance de gauche-écologistes, et ancien commissaire européen, a souligné qu'il continuerait à défendre la démocratie et l'État de droit aux Pays-Bas, après la victoire électorale mercredi du parti d'extrême droite PVV (Parti de la liberté). Il balaie l'idée que son alliance GroenLinks-PvdA, seconde selon les résultats préliminaires, puisse former une coalition avec le parti de Geert Wilders.

"La démocratie a parlé. L'heure est venue de défendre la démocratie", a commenté le soir du scrutin celui qui était encore récemment vice-président de la Commission européenne.

Selon le décompte des voix partiel, l'alliance gauche-écologistes peut compter sur 25 sièges sur les 150 de la chambre basse du parlement néerlandais, et est la seconde formation du pays après le PVV, qui peut tabler sur 37 sièges.

Cependant, monter au pouvoir avec Geert Wilders n'est pas une option pour Frans Timmermans. Il assure que son parti ne participera jamais à une coalition avec "un parti qui rejette les Néerlandais".

M. Timmermans n'a pas masqué sa déception face au résultat électoral aux Pays-Bas, alors qu'il escomptait bien plus pour son alliance.

Dans son discours aux militants mercredi soir, il a aussi eu un mot pour les personnes qui peuvent ne plus se sentir les bienvenues aux Pays-Bas. ""Nous ne laissons personne tomber aux Pays-Bas", a-t-il lancé. "Si, dans les jours à venir, vous rencontrez dans votre quartier, à l'école ou au travail des personnes qui se demandent si elles ont encore leur place ici, dites-leur très clairement : oui ! Aux Pays-Bas, tout le monde est égal. Peu importe où vous avez grandi, où vos parents ont grandi, où vos grands-parents ont grandi : vous avez votre place", a insisté le politicien.

À la une

Sélectionné pour vous