Accueil Actu Monde International

La Chine envisage de produire des "drones kamikazes" pour la Russie

La Chine envisage de démarrer une production à grande échelle de drones d'attaque "kamikazes" pour le compte de l'armée russe en vue d'une possible utilisation en Ukraine, affirme l'hebdomadaire allemand Der Spiegel publié vendredi.

Des drones similaires à ceux d'Iran

Des négociations en ce sens ont été entamées entre les responsables militaires russes et le fabricant chinois de drones Xi'an Bingo Intelligent Aviation Technology, indique le journal, sans citer de source. Bingo se serait dit prêt à produire dans un premier temps 100 drones du type ZT-180, de les tester et de les livrer d'ici le mois d'avril prochain au ministère russe de la Défense. Ce modèle de drone est similaire aux drones Shahed 136 fabriqués en Iran, selon des experts militaires interrogés par le journal, et peut transporter une charge explosive de 35 à 50 kilogrammes.

Dans un deuxième temps, le fabricant chinois, contrôlé par l'armée chinoise, envisage de transférer à la Russie des composants et son savoir-faire afin qu'une production de drones puisse commencer localement, affirme le Spiegel. Cela pourrait alors permettre à Moscou de produire lui-même 100 drones de ce type par mois, ajoute-t-il.

C'est une manoeuvre bien connue

Interrogé par le Spiegel, le ministère chinois des Affaires étrangères n'a pas directement réagi aux informations du journal mais estimé que "les Etats-Unis sont la principale source d'armement pour le champ de bataille en Ukraine".

"Mais ils affirment à intervalles réguliers que la Chine pourrait livrer des armes à la Russie. C'est une manoeuvre bien connue", a indiqué un porte-parole du ministère via un communiqué transmis par l'ambassade de Chine en Allemagne. Les Etats-Unis ont accusé cette semaine la Chine d'envisager de fournir des armes à la Russie pour appuyer son offensive en Ukraine, ce que dément Pékin. Et le chancelier allemand Olaf Scholz a appelé jeudi soir à ne pas se faire d'"illusions" sur la Chine dans le conflit ukrainien, en soulignant qu'elle n'avait encore jamais à ce jour critiqué l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

À la une

Sélectionné pour vous

Commentaires

3 commentaires

Connectez-vous à votre compte RTL pour interagir.

S'identifier S'inscrire
  • Qui se ressemble...

    Gaël D
     Répondre
  • Les chinois, ex-ennemis de l'URSS, vont là où leurs intérêts financiers les mènent.

    roger rabbit
     Répondre
  • Et la Chine prétend négocier la paix en discutant avec la Russie, sans consulter l'Ukraine.

    Michel Scavée
     Répondre